Fics et autres écrits de fan

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Kai le Ven 15 Oct - 1:54

J'ai bien rit ^^ Chapeau !
avatar
Kai
Yôkai
Yôkai

Nombre de messages : 615
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque de Tenpô-sama
Date d'inscription : 08/05/2010

http://terredelune.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Miku le Ven 15 Oct - 14:35

Arigatô minna-san ! Very Happy

_________________
avatar
Miku
Seitei-sama
Seitei-sama

Féminin Nombre de messages : 1249
Age : 26
Localisation : Attends Houmei sous la neige *Atchoum*
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Sukki le Ven 15 Oct - 22:20

Kyaaaaaaaaa Ukoku x Komyo, trop bien *__*

Je sais que je te le dis déjà tout les jours mais I love you ♥


_________________
avatar
Sukki
Seitei-sama
Seitei-sama

Féminin Nombre de messages : 1447
Age : 32
Localisation : Shangri-La
Date d'inscription : 12/01/2009

http://sukki.byethost9.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Miku le Sam 16 Oct - 12:24

Nan, c'est moi qui te love you *_*
Et merciiiiii Very Happy

_________________
avatar
Miku
Seitei-sama
Seitei-sama

Féminin Nombre de messages : 1249
Age : 26
Localisation : Attends Houmei sous la neige *Atchoum*
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Miku le Mar 19 Oct - 19:32

Mouhaha, comment je double-post et tout U_U *Pas bien*

Nouvelle semaine de cours, nouveau cours de philo, nouvelle mini-fic XD
( Cause-conséquence u_u )

Nya, celle-là pour en trouver l'origine il faut sur le topic Ibun, les images de Ibun, fin de la page 1, début de la page 2.
Le chef disait que Komyô devait être un vrai otomen au vu des images sur lesquels il était représenté.

Spoiler:
Dans le temple où séjournait les apprentis visant à devenir Sanzô hoshi, chacun devait mette la main à la pâte, pour le ménage, l'entretien du jardin (Quand il n'était recouvert par la neige, c'est-à-dire rarement.) et la cuisine.
Houmei, avec son visage délicat et ses fins cheveux blonds était souvent moqué à ce propos. Parfois Jyoan aussi était l'objet de raillerie, mais son regard froid remettait très rapidement les blagueurs à leurs places. Il fallait pourtant bien avouer que comparé à Momo-chan, Houmei et ses mains fines pouvait de tout évidence parfaitement s'adapter à la couture ou aux casseroles.

看板にいつわりあり
L'enseigne est trompeuse.

Oh oui, elle l'est. Avec une robe, le jeune homme aurait très bien put passer pour sa sœur, mais il était à présent certain que Momo-chan et sa carrure impressionnante était bien plus doué pour la cuisine.

Après avoir passé une nuit de douleurs abdominales affreuses, plus jamais quelqu'un ne dit à Houmei qu'il ferait une épouse parfaite. Plus jamais.

Bon pour la citation du milieu, je sais pas si y'a pas des fautes, je l'ai trouvée sur un site, apparemment c'est la façon japonaise de dire : "L'habit ne fait pas le moine" Very Happy

_________________
avatar
Miku
Seitei-sama
Seitei-sama

Féminin Nombre de messages : 1249
Age : 26
Localisation : Attends Houmei sous la neige *Atchoum*
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Sukki le Mer 20 Oct - 10:44

ahahh génial oh et le visuel qui va avec c'est ça Very Happy

Spoiler:

_________________
avatar
Sukki
Seitei-sama
Seitei-sama

Féminin Nombre de messages : 1447
Age : 32
Localisation : Shangri-La
Date d'inscription : 12/01/2009

http://sukki.byethost9.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  mathieulonewolf le Mer 20 Oct - 11:25

ça fait quand même bien peur ><
avatar
mathieulonewolf
Seitei-sama
Seitei-sama

Masculin Nombre de messages : 1357
Age : 30
Localisation : Evron
Date d'inscription : 01/03/2009

http://journeyintodanger.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Mikan le Mer 20 Oct - 15:18

Mooon !!! Je suis littéralement choquée par cette image XD j'en ai réellement froid dans le dos !
avatar
Mikan
Gensui
Gensui

Féminin Nombre de messages : 1498
Date d'inscription : 08/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Miku le Mer 20 Oct - 15:39

Je l'adore moi cette image !
Il est chou ! (Warning : /!\ FANGIRL /!\)

Je la mettrai bien en avatar XD

_________________
avatar
Miku
Seitei-sama
Seitei-sama

Féminin Nombre de messages : 1249
Age : 26
Localisation : Attends Houmei sous la neige *Atchoum*
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Yuuki Gokû le Mar 26 Oct - 0:17

Sandie à vu une image de komyo (parce que je lisais le truc de l'annif du fofo fait par sukki, au foyer) et elle a dit : "aaaah on dirait un otomen" et moi "ah oui." buaha.... Miku-chan je t'aime >< (ou plutôt j'aime le komyo x kenyuu ? Oo)
Sinon, j'adore le corbeau et le renard ._. *se souvient l'avoir remixer avec FF10*

euh, sinon, en fait, je viens deme souvenir, qu'après les gaiden qui m'ont traumatisé et m'ont empêché de dormir, j'avais pas que prié au soleil de pas crever, j'avais aussi pas suivi en maths ni en français parce que j'avais écrit un texte. Pas de ma faute, il me triturait à l'esprit u_u.
Si je l'ai déjà poster, pardon, j'ai oublié si je l'ai posté ou non =_=
Sinon, avant de le poster, je tiens à dire qu'il faut écouter soit Open up your mind, soit For real au piano soit primavera de ludovico einaudi. Et que, j'adore mes phrases trop bien.

Spoiler:
Il se réveilla. Mais il savait que ça ne servait à rien. Aujourd'hui encore il serait tout seul. Tout ce qu'il verrait ce serait de la terre, des arbres, du brouillard et un soleil qu'il ne pouvait pas atteindre. Le désert.
Mais était-ce un désert ? Il n'y avait rien mais c'était tout. La seule chose qu'il avait sous ses yeux était des espèces de gros poteaux couverts de papiers anciens. Îl appelait ça ses barreaux, parce que c'en était de toute manière.
Depuis combien de temps c'était-il réveillé ici pour la première fois ? Il se souvenait encore de ce jour. Comme si c'était hier.


Si j'avais été six pieds sous terre...


Lorsque j'ai ouvert les yeux, je ne me souvenais de rien. Je savais pas pourquoi j'étais ici. Tout ce dont je me rappelais était mon nom. Gokû. Qui me l'a nommé ? Pourquoi c'est la seule chose dont je me souviens ?
J'ai regardé autour de moi, senti des poids à mes mains et mes pieds et un bruit m'a super surpris. ça faisait gling gling. C'était tout noir et bizarre. Il y avait un gros rond accroché à ma jambe aussi.
C'était un peu lourd mais surtout encombrant. ça me gênais.
Je me sentais triste alors que je ne savais même pas pourquoi. J'ai levé les yeux et j'ai vu des gros barreaux. Pourquoi j'étais ici ? Pourquoi le monde était-il enfermé par les poteaux ?

Et il leva la tête encore, se rapprocha de plus en plus de ces barreaux. Alors qu'il regardait curieusement ce monde auquel il n'avait pas accès il vut quelque chose qui l'interpella.

C'était tout jaune et ça se trouvait dans la masse bleue qui recouvrait tout. ça brillait sans s'arrêter et ça m'a fait un peu mal aux yeux. Il illuminait mon coeur et réchauffait mon corps. Pourtant j'avais froid. Mon coeur avait froid. Je savais que cette grosse boule jaune s'appelait le soleil.


Je n'aurais pas voulu de soleil.


Il commençait déjà à faire nuit quand il sortit de ce souvenir. Il ne savait pas compter le temps et ignorait donner de solution à son problème de mémoire. Il eut beau tenter de se remémorer pendant des heures, rien n'y fit. Et quand deux jours plus tard il se réveilla à nouveau, il comprit que le silence allait encore l'absorber pendant des jours.

J'ai froid. Et le soleil n'est pas là. A la place le ciel est tout blanc et il y a pleins de petits ronds blancs qui tombent. Je préfère la forme ronde du soleil, parce que lui au moins il n'est pas silencieux. Il brille. Mais là c'est tout silencieux et cette masse blanche me fait peur. Comme si elle recouvrait tout. Elle m'étouffe. Mes chaines résonnent et sont l'unique bruit qu'il y a. Je déteste cette masse blanche. J'ai comme un noeud dans le coeur quand je la vois. J'aimerais sortir, mais j'ai peur qu'il n'y est plus rien, que ce soit le vide. Que ça soit tout blanc.

Il ferme ses yeux pour ne plus rien voir. Il n'entend déjà plus rien et cela lui fait déjà assez peur. Mais il préfère voir le noir. Parce que ça l'effraie moins. C'est comme si au lieu que le monde soit vide, il y avait plein de choses. Tellement que c'était tout noir. Et il resta là, les yeux fermés, à attendre que le soleil revienne. Qu'il vienne le protéger de cette neige qui ne cesse de tomber avec ses rayons si brillant et réchauffants...


Si j'avais été six pieds sous terre...

- Cui cui !

Le temps à passé, l'enfant est toujours là, mais le soleil est revenu. Gokû n'a plus froid et ce n'est plus silencieux.
Et puis il y a ce petit oiseau. Tout jaune qui l'observe.

Je tends un bras, la petite chose monte sur moi, enfin sur ma main et il est comme le soleil, il chauffe mon coeur, et je me met à sourire.


- Cui !! Cui cui cuiii !

Le petit moineau qui depuis longtemps à quitté le nid de ses parents se met à émette des bruits. Il doit bien aimé ce garçon qui n'a jamais vu personne.
C'est une bonne compagnie. Et il lui rappelle tellement le soleil.... Il rigole, tant il est heureux.


- Comment tu t'appelles ?
- Cui cui cui !
- Moi c'est Gokû !
- Cui cui !

Comme si l'oiseau le comprenait. Gokû n'est plus seul. Il a un ami tout petit. Tout gentil. Qui lui connait la liberté et le fait de voler. Ce qui ne l'empêche pas de se poser vers le petit brun qui va tellement mieux.
Seulement l'horloge tourne lentement mais plus que l'on ne peut le croire...

J'aime beaucoup ce petit oiseau ! Il est marrant !


Je n'aurais connu ni la liberté...

L'enfant dort sans se douter de rien. Seulement, le voilà qui ouvre les yeux et qui est tout étonné, s'attendant à voir son ami pour jouer avec lui. Pour rigoler. Il rigole enfin après tout. Quelqu'un est enfin venu le voir. Il savait qu'il appelait quelqu'un depuis le jour ou il avait compris qu'il était enfermé, pendant sûrement longtemps. Tout seul. C'était froid. Mais là il y avait son ami le petit oiseau.

C'est pour ça qu'en ouvrant les yeux, il espérait le voir, pouvoir encore sentir ces petites pattes crochues sur ses doigts.

Je regardais en dehors des barreaux, là où il y avait le soleil et mon ami. Il était là, couché par terre.

Il comprit vite la situation, que son oiseau qu'il aimait tant ne respirait plus. Ne respirerait plus jamais. Parce qu'il était mort.

Pourquoi est ce qu'il ouvre plus les yeux ? Oiseau ouvre tes yeux. S'il te plait. Ouvre tes yeux. Fait cuicui, t'es tellement marrant !

Mais c'était trop tard. L'oiseau ne fera plus jamais de bruit. Il c'est tût à jamais parce qu'il aimait trop l'enfant. Celui ci tendit sa main, la sortant des barreaux. Il voulait le toucher, il voulait le serrer dans ses bras. Mais il ne pouvait pas. Pourtant il était grand. Il pouvait le toucher normalement.
Il voulait ses pattes crochues sur ses doigts.

Il faisait de son mieux, essayant même de sortir sa tête. Mais il n'arrivait pas à l'atteindre.
Et c'était comme si ce n'était pas la première fois. Il n'avait aucun souvenir et pourtant son coeur se serrait très fort, comme si cet oiseau n'était pas la première chose qu'il ne parvenait pas à atteindre. Les barreaux l'empêchait de toucher ce petit être.
Comme une porte qui se referme à jamais alors qu'il veut toucher le soleil.
Il se mit à hurler, et à pleurer, parce qu'en réfléchissant bien, il ne pouvait faire que ça et appeler.

Que quelqu'un soit là. Pour moi. Quelqu'un. Quelqu'un. Que quelqu'un me sorte de là.

Il appelait incessamment, et ce même en dormant. Mais il n'avait personne à appeler. Parce que la seule chose qu'il savait vivante était son nom et le soleil. Oh boule jaune qui brille. S'il te plait vient me tenir compagnie. Sort moi de là. Moi qui me sens tout seul.


Ni la solitude...

Et le temps s'écoulait toujours plus lentement. Et tout ce qu'il pouvait faire c'était attendre avec l'espoir de celui qui n'en avait plus. ¨
Parce que personne ne venait, qu'il dormait, puis se levait, contemplant toujours le vide.
Aucun oiseau ne venait parce qu'aucun oiseau n'osait mourir en aimant cet enfant. Etait-ce une malédiction que d'aimer ne serait-ce qu'un peu Gokû ?

Il regardait sans s'arrêter le soleil. Qui était sa seule compagnie bien que trop éloignée de lui. Et puis, il entendit un bruit qu'il ne connaissait pas. ça faisait tap tap.


- C'est toi qui n'arrête pas de m'appeler ?

C'est jaune comme le soleil, et ça à un corps comme moi. Je suis tout étonné. Je relève la tête et je vois des cheveux tout jaune. Tout court avec un tel regad que je le regarde tout surpris parce qu'il est là. Il y a quelqu'un en face de moi. Pas un oiseau. Quelqu'un qui ressemble au soleil. Qui dit que je l'appelle.

- Hein ? Je n'ai appelé personne moi.

C'est tout ce qu'il peut dire sous l'effet de l'étonnement. Que peut-il dire d'autre ? Il est tellement heureux que quelqu'un soit venu, et même s'il à dit qu'il n'avait appelé personne, il sait parfaitement que ce n'est pas vrai, mais il faut dire qu'il est tellement sous le choc que quelqu'un soit là, qu'il le regarde, lui, le monstre enfermé pendant 500 ans même si sûrement il ignore ce surnom qu'on lui à donné.

- Ta voix me vrille les tympans.

Quelques secondes plus tard, après d'autres paroles, il tend sa main, en prononçant d'autres choses. Gokû sait que ça, il pourra toujours l'atteindre. Il peut le toucher. C'est vivant, et chaud comme le soleil. ça brille. ça réchauffe son coeur si froid. C'est tellement bien.
Parce qu'aucune porte ne se referrme, qu'aucun barreau ne l'empêche de l'atteindre, ce soleil rien qu'à lui. Il peut le toucher. Enfin.


- Je t'emmène avec moi, j'ai pas le choix de toute façon...

Il m'a offert un monde plus brillant que le soleil.

[Hors sujet mais, Sandie m'a proposé de me réincarner en grain de poussière sur l'image des fesses de Gokû et ensuite de me suicider pour me réincarner en blond. Je me pose vraiment la question de si Sandie a un cerveau ou pas. Buahahaha XDDD => Ceci était un graaaaand HS]
avatar
Yuuki Gokû
Sanzo-hôshi
Sanzo-hôshi

Nombre de messages : 310
Age : 23
Localisation : Devant un ordi généralement
Date d'inscription : 17/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Daruko-san le Mar 26 Oct - 14:04

J'ai adoré (quand je me suis mis à imaginer 500 ans de prison en solitaire, je me suis senti triste pour Goku), je crois pas que ça été posté en tout cas !

_________________
Je casse Panini et alors, ils le valent bien !

avatar
Daruko-san
Kami
Kami

Masculin Nombre de messages : 3311
Age : 33
Localisation : Auch
Date d'inscription : 29/08/2008

http://fanzinequinoxe.wix.com/equinoxe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Kai le Mer 27 Oct - 0:11

Mais heu je l'avais déjà lu, faut pas écrire des trucs aussi tristes c'est mauvais pour la santé -_-

Sinon j'ai retrouvé mes drabbles "eyes" écrits pour faire bosser Haru-chan XD Chaque fois qu'elle finissait je sais plus quoi elle avait droit à son drabble sur l'un des 4 bishôs (normalement je devais faire aussi Kanzeon et heu, Komyô mais je suis allée me coucher avant parce que j'étais un peu beaucoup malade -_-)

Bon ça casse pas trois pattes à un canard de bain mais je m'étais bien trippé quand même.

Spoiler:
Eyes

Pour Haru-chan, parce qu'il faut regarder encore plus loin.


Ses yeux sont d'or comme le soleil au zénith, et il est leur zénith à eux, même s'il ne le voit pas. Il est cet espoir qui brille pour eux, l'espoir d'un jour nouveau qui naît au fond de son regard encore tout plein de l'innocence de la jeunesse et déjà déchiré par les zébrures de la douleur. Il est cet éternel enfant que rien n'atteint sinon la grâce, qui a choisi de vivre, de vivre et d'espérer.

Ses yeux sont violets, un violet sombre, grave comme le chant du rossignol crépusculaire ou le murmure des engoulevents. Et chaque jour, comme le soleil couchant, il marche vers l'Ouest, vers son destin, quoiqu'il advienne. Dans ses yeux à lui, il y a la volonté farouche de ne rien laisser l'entraver. Et parfois, l'espace d'un instant fugace, la tendresse d'un amour immortel.

Ses yeux sont rouges. Rouge sang, rouge blessure, rouge passion. Parce qu'il veut vivre, parce qu'il veut brûler au feu du désir et faire flamber ses jours et ses nuits en même temps, pour se sentir être dans l'obscurité bienveillante de la nuit. Mais le plus beau regard de ces yeux-là, il ne l'accorde qu'à ceux qui ont lu au fond de son cœur et ne l'ont pas jugé.

Ses yeux sont verts, deux lacs calmes, doux, insondables comme ses pensées, portés sur le monde sans haine désormais, mais sans illusion. Et sans résignation. Au plus profond de la nuit, il a résolument choisi d'avancer malgré tout. Pour eux. De sa vie, il a fait un don. De son regard, il a fait une arme et de son corps, un bouclier. Pour les protéger, eux qui lui ont rendu les couleurs de la vie.

avatar
Kai
Yôkai
Yôkai

Nombre de messages : 615
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque de Tenpô-sama
Date d'inscription : 08/05/2010

http://terredelune.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  mathieulonewolf le Mer 27 Oct - 0:51


Bon ça casse pas trois pattes à un canard de bain mais je m'étais bien trippé quand même.

Hé bah si, ça casse trois pattes à un canard! *coin!*

C'est super beau Kai-san <3 Les quatre héros si bien décrits en quelques phrases...
Il n'y a que le "rossignol crépusculaire" sur lequel j'ai mal accroché XD
J'aurais plutôt mis "rossignol du crépuscul" mais ce n'est que mon humble avis et comme de toute façon je n'aurais jamais su faire ce que tu as fait, je ferme mon clapet :X

Enfin bref, je le redis, c'est super beau, et merci Very Happy
avatar
mathieulonewolf
Seitei-sama
Seitei-sama

Masculin Nombre de messages : 1357
Age : 30
Localisation : Evron
Date d'inscription : 01/03/2009

http://journeyintodanger.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Yuuki Gokû le Mer 27 Oct - 1:05

Pas de ma faute si mon cerveau ne cessait d'imaginer ça. Pis d'abord, c'est trop bien d'écrire des trucs tristes ça me défoule Very Happy. Fallait bien faire passer l'effet de Gaiden, zut.

Pis tes drabbles c'était à cause des posts rpgs >< !! Enfin bon, j'avais adoré quand même *_*.
avatar
Yuuki Gokû
Sanzo-hôshi
Sanzo-hôshi

Nombre de messages : 310
Age : 23
Localisation : Devant un ordi généralement
Date d'inscription : 17/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Yuuki Gokû le Dim 14 Nov - 6:25

Par pitié, ne me tuez pas. Je fais un double post juste pour un gentil drabble (double en fait vu que y a 200 mots mais bon >.>)
Donc voilààà.... Le matin à l'internat, pour réveiller les trois flemmardes que nous sommes dans la chambre, nous avons des réveils. Chaque mtin j'ai envie d'assassiner les réveils, manque de bol, c'lui de Lou j'peux pas parce que c'est son ipod quand même, et la sonnerie, ben c'est la sonnerie de l'internat =_=. Et je crois que Sandie à fait une allusion aux réveils et qu'j'suis parti dans un délire de Sanzo et des réveils.
Donc voilà :

Spoiler:
Les quatre n’avaient pas de réveil. Pour plusieurs raisons.
La première, était qu’ils n’avaient pas besoin de réveil. Parce qu’ils se réveillaient n’importe quand.
La deuxième, était que soit Hakkai se réveillait en premier pour faire la cuisine, soit les yokais les attaquaient de bonne matinée.
Mais la troisième, était la seule qu’on pouvait raconter, vu qu’elle avait une histoire. Sanzô n’aimait pas les réveils matin. Mais ça, avant les trois autres l’ignoraient. Et puis, comme le blond avait parfois tendance à se réveiller assez tard, et qu’on ne pouvait pas le réveiller sinon on risquait sa vie, ils (Gokû, Gojyô et Hakkai, quoique, Gokû mangeait à ce moment là) avaient décidés de mettre un réveil sur la table de nuit à Sanzô. Par l’opération du saint esprit, c'est-à-dire on ne sait comment, le blond ne remarqua pas le dit objet qui sonne quand il est réglé. Et, le lendemain matin….

« Bip bi…. »

Le deuxième bip n’eut jamais le temps de se finir, une balle venait d’exploser le réveil. Au moins : Une chose était sûr, cela avait réveillé le blond. Mais, vu la tête qu’il eut au petit déjeuner, les trois autres décidèrent de ne plus jamais retenter l’expérience. Parce qu’ils n’étaient pas tout à fait sûrs que Sanzô ne tire que sur le réveil la prochaine fois…

Fin.

Doit y avoir des fautes de tournures, mais j'trouvais pas comment tourner les phrases @_@(et des fautes tout court aussi, c'pas mal Very Happy *regarde sa maman kai avec des petits yeux supplicateurs* paaardon)
avatar
Yuuki Gokû
Sanzo-hôshi
Sanzo-hôshi

Nombre de messages : 310
Age : 23
Localisation : Devant un ordi généralement
Date d'inscription : 17/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Daruko-san le Dim 14 Nov - 14:06

Sympa comme d'habitude, tu as de l'humour même à 4H du mat' je vois ! Very Happy

_________________
Je casse Panini et alors, ils le valent bien !

avatar
Daruko-san
Kami
Kami

Masculin Nombre de messages : 3311
Age : 33
Localisation : Auch
Date d'inscription : 29/08/2008

http://fanzinequinoxe.wix.com/equinoxe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Kai le Dim 14 Nov - 19:23

Je ne nie pas, à 4h du mat' tu fais plein de fautes -_- Mais je sais que tu prendras le temps de le relire quand tu seras plus réveillée XD

Et puis c'était rigolo alors je te pardonne.
avatar
Kai
Yôkai
Yôkai

Nombre de messages : 615
Age : 29
Localisation : Dans la bibliothèque de Tenpô-sama
Date d'inscription : 08/05/2010

http://terredelune.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Yuuki Gokû le Mar 21 Déc - 1:57

Humhum. Voici une nouvelle fic. Je vias vous raconter son histoire (du comment elle m'est venu). Mais faudra lire ça, après avoir lu les deux chapites, huhuhu

Spoiler:
En fait, j'écoutais de la musique pour m'endormir, à l'internat. Et c'était "j'ai encore rêvé d'elle" et tout l'monde sait que c'te musique est divisé en deux prtie, et que la deuxième partie y a la fille qui chante "réééveeeillleuuuh toiiii". donc, à c'te partie, j'ai vu l'image de Sanzô qui sourit cruellement et chaleureusement à la fois. De fait, j'ai dit à voix haute : "j'viens d'avoir une idée de fic" XDDD
donc ça à donné vice & Versa.

Aussi, si vous avez remarqué, y a un effet de symétrie entre chaque partie *___*

Alors voici pour vous... De l'autre côté du miroir !! (y doit rester des fautes, surtout dans Versa, désolé ._.)

Chapitre 1 : Vice
Spoiler:
Titre de la fanfic : De l’autre côté du miroir
Auteur de la fanfic : Yuuki Seijaku ou Yuuki.tohma
Disclaimer : Le manga de Saiyuki appartient à Kazuya Minekura.
Genre de la fanfic : Etrange, Angst, Romance
Couple : Sanzô x Gokû
Notes : Cette fic m’est venu en écoutant « J’ai encore rêvé d’elle » en essayant d’m’endormir à l’internat. D’un coup, j’ai vu l’image du Sanzô de ma fic. Et j’ai eut besoin de l’écrire.

Chapitre 1 : Vice.

Sanzô souriait.
Et rien que ça, c’était un début qui commençait mal. Mais personne ne pouvait s’en méfier.
Gokû s’était contenté de se battre contre des yokais. Avec les trois autres, bien évidemment. Il savait qu’il y en avait un qui était plus dangereux que les autres, mais il n’y avait pas fait bien attention, sa faim avait reprit le dessus. Et celui qui était plus fort que le reste lui avait fait assez mal pour qu’il perde connaissance avec quelques blessures assez graves. Mais, le grand, le fort, le brillant Sanzô l’avait bien évidemment abattu….Enfin ça, le singe ne le savait pas.

Il se réveillait donc. Peut-être qu’il avait un peu peur, que le moine dépravé le traite de boulet. Parce que forcément, il s’était promis d’être fort pour son blond, et tout ce qu’il avait réussi à faire c’était d’être assommé. Alors, c’était sûrement pour ça, qu’il attendit un peu, juste histoire que son ventre gargouille, pour ouvrir les yeux. Mais personne ne lui donna le coup de harisen qu’il croyait mériter. Il ne se fit même pas traiter de débile. En vérité, la seule chose qu’il vit à l’ouverture de ses petits yeux dorés, fut ça.
Sanzô souriait.

- Sanzô ?

Les yeux de Gokû disaient : Tu vas bien ?
Pourtant c’était lui qui était blessé. C’était lui qui s’était fait assommé. C’était encore et toujours le singe qui avait un mal atroce au ventre, pas qu’à cause de la faim. Mais il s’inquiétait d’abord pour Sanzô, pour la seule et unique raison, que celui-ci souriait. Et ça, rien que ça, c’était un mauvais présage, au point que le ouistiti eut un frisson dans le dos.
Peut-être parce qu’il ne le voyait jamais comme ça. Souriant. Que ça signifiait peut-être comme Hakkai, parfois, quand il était vraiment en colère. Il ne l’avait jamais vu sourire ainsi. Alors, quand une chose nous est inconnue, notre première réaction, est souvent d’avoir peur.

Ainsi donc, le singe avait très peur. Peut-être qu’il allait se faire buter dans les trois secondes qui venaient. Pourtant, Sanzô se contentait de le regarder en souriant, et finit même par répondre à son appellation, avec un ton des plus sereins et des plus gentils qu’il existe en ce monde :

- Oui, c’est moi ?

Sa voix était si douce, qu’un nouveau frisson vint frapper le dos du pauvre singe. Il aurait pu en être heureux, que soudainement, le blond qui le tabassait constamment avec son éventail – qui en vérité est une arme hyper dangereuse, malgré les apparences -, ne veuille plus le frapper. Seulement, ça ne le rassurait pas au contraire, le moine en devenait encore plus effrayant.
Les yeux de Gokû disaient : « Tu me fais peur ».

- Non ce n’est pas toi.

Avait déclaré le singe, qui n’osait pas bouger.
Pas que son mal de ventre allait l’empêcher de marcher, de rire, de manger, etc. Juste qu’il avait simplement peur que s’il faisait le moindre petit geste, le blond le tuerait sur le champ.

- Mais pourquoi donc, ce ne serait pas moi ? fit Sanzô sur un ton inquiet, ce qui eut le don d’inquiéter également Gokû.
- Tu souris. Tu parles gentiment. Tu ne me traites même pas de crétin !
- Co…Comment pourrais-je dire une chose aussi atroce ?!

Sanzô semblait sincère, vu son regard effaré. Donc ça ne pouvait pas non plus être une blague – déjà Sanzô qui fait une blague ce n’est pas normal…-
Le ventre de Gokû lui faisait mal. Ce n’était pas non plus un rêve (ou un cauchemar).
Alors, pourquoi ? Pourquoi le blond souriait ? Que s’était-il passé pendant sa perte de conscience ?

- Parce que tu le fais tout le temps !
- Qui ? Moi ?! Oh…Oh mon dieu…

C’était limite s’il n’était pas entrain de pleurer. Le singe ne comprenait rien à rien. Seulement, son ventre semblait se contreficher du fait que le blond souriait ou pas, vu qu’il se mit à gargouille fortement.

- Oh, mais tu as faim, Gokû-chan.

Avait déclaré Sanzô qui s’approcha du dit « Gokû-chan » pour l’aider à bouger de son lit.

- Gokû quoi ?

Le pauvre singe avait soit mal entendu, soit il hallucinait.
Dans tous les cas, son cœur avait quand même raté un battement. Jamais personne ne l’avait appelé comme ça. Sauf peut-être les jeunes filles gentilles – qui cuisinaient bien – qu’il avait rencontré durant le voyage vers l’ouest, et encore celle-ci l’appelaient plus souvent Gokû-san.
Mais Sanzô, ne l’avait jamais appelé comme ça. Et il était même étonné qu’il l’appelle par autre chose que con de singe.

- Gokû-chan.

Sanzô l’inquiétait. Déjà il souriait, ensuite il était gentil avec lui, et puis maintenant il l’appelait Gokû-chan. Le ouistiti failli répliquer, mais il n’en eut pas le temps, le bonze lui prit la main, et l’emmena en dehors de la chambre, vers une cuisine, en faisant attention à aller assez lentement pour que le blessé n’est pas trop mal à son ventre.
Mais actuellement, c’est son cœur, qui ressentait une étrange douleur. Pourquoi se sentait-il si mal alors que tout allait parfaitement ? Le blond le mit à table, et quelque minutes plus tard, il revint avec des plats tous plus délicieux les uns que les autres, digne de Hakkai, par exemple. Or, à son souvenir, Sanzô ne savait pas cuisiner aussi bien.
Le pauvre singe hallucinait. Ou bien il rêvait.

- Au fait, où sont Gojyô et Hakkai ?

C’est vrai, ils étaient partis quelque part ?
Sanzô eut un sourire à cette question. Seulement, le singe parut discerner un changement infime dans ce gentil sourire. Mais il n’en fit pas attention, il avait beaucoup d’hallucination en ce moment.

- Ils sont en courses.

Alors, où le bonze avait-il trouvé autant d’aliments à cuisiner, s’ils n’étaient pas là ? Quelque chose clochait, oui, vraiment, tout clochait. Sanzô s’assit en face du singe, avec ce sourire qui aurait pu faire fondre n’importe quel flocon de neige tant il était chaleureux.

- Mange, tu verras ça ira mieux ensuite, pendant ce temps je vais méditer.

Médiquoi ? Les oreilles de Gokû avaient bien entendu ? Depuis quand le bonze dépravé était-il devenu un saint, comme dans la légende originel ? Allait-il devenir une chochotte, qui est incapable de se battre ? Déjà qu’il souriait, et que c’était réellement flippant. Enfin bref, le ouistiti ne pu pas répliquer, car le moine était déjà entrain de méditer. Assis bizarrement sur la chaise.
Gokû se contenta de baisser ses yeux sur son assiette. Il se sentait de plus en plus mal à l’aise. Pour preuve : Son ventre n’arrivait plus à avoir faim.

De plus, un doute subsistait. Où étaient réellement Gojyô et Hakkai ? Bon c’était tout à fait plausible qu’ils fassent les courses les deux. Mais c’était vraiment bizarre. Il y avait comme une énorme contradiction invisible, même pas sous entendu dans ce qu’avait dit Sanzô. Et cela faisait encore et encore frissonner Gokû.
Mais non, il n’y a aucun problème pourtant. Tout est bien. Vraiment…. ?
Ce n’est pas vrai, ils n’étaient partis nulle part.

Sanzô se contentait de méditer.
Gokû ne mangeait pas. Il ne parvenait pas à manger. Sa bouche n’arrivait pas à s’ouvrir. Sa main n’attrapait pas les baguettes. Il ne bougeait pas. Peut-être tremblait-il un peu. Il avait un très mauvais pressentiment. Il ne comprenait plus rien. Et c’était la première fois de sa vie qu’il avait aussi peur.

Les minutes passèrent à nouveau, sans qu’il ne puisse faire grand-chose, à part regarder la blondeur des cheveux du moine qui semblait être totalement ailleurs. Qu’allait-il se passer quand il se « réveillerait » ? Serait-il de nouveau cruel et méchant comme avant ? Oh oui, Gokû avait vraiment envie de revoir ce Sanzô là. Il préférait ça à « gokû-chan ». Non pas qu’il était masochiste, juste que c’était un peu plus normal…
Et Gojyô et Hakkai qui ne revenaient pas.
Enfin, Sanzô ouvrit les yeux, avec ce même sourire que précédemment.

- Et bien, tu ne manges pas Gokû-chan ?
- Je n’ai pas faim.
- Mais si. Tu vas voir.

Sanzô s’approcha du pauvre singe qui pour une fois s’en fichait d’avoir l’estomac vide, lui prit les baguettes des mains, et prit une bouchée, pour la mettre dans la bouche de Gokû qui n’en avait pas envie. Et puis pourquoi son cœur tout entier s’emballait ? Il ne savait plus s’il avait peur, où s’il était heureux. Il avala difficilement.
Sanzô se contentait de le regarder.

Gokû continuait de manger à cause de Sanzô.
Finalement, ses plats étaient plutôt bons. Ca redonnait presque l’appétit perdu du ouistiti qui fit un sourire, assez large, comme il en avait l’habitude. Peut-être que cela rendait plus heureux le blond qui avait enfin le droit à la bonne humeur du gentil petit singe tout mignon de d’habitude. Mais il ne semblait pas s’en rendre compte.

- C’est très bon !
- Je suis content que tu aimes bien, Gokû-chan.

Peut-être que c’était un peu difficile de se dire que Sanzô souriait et l’appelait avec ce suffixe qui dans un sens, n’allait pas quand s’était prononcé par le blond. Mais qu’importe. Ca devenait de mieux en mieux en fait ! C’était pour cette raison que le brun laissait se faire nourrir. Sans se rendre compte, qu’au contraire, ça devenait de pire en pire. Quand il eut finit les plats qu’avait préparé le moine, le chimpanzé avait encore faim. C’était terrible ce que son estomac pouvait être enquiquinant. Mais aucun coup de baffeur ne fut donné, et le blond alla même préparer un autre plat.
Seulement, le ventre de Gokû était du genre impatient, et pendant l’absence du soleil, il gargouilla, formant ainsi une mélodie avec pour seuls paroles : « j’ai faim, donnez moi à manger, je vous en supplie, encore, encore ! ». Et enfin, la nourriture tant attendu fit son apparition. Comme ça amusait apparemment Sanzô de nourrir ainsi son singe, il reprit les baguettes, prit un morceau de ce qu’il avait préparé et le mit dans la bouche du ouistiti qui n’attendait que ça.

Mais ce n’était pas bon. C’était brûlant. C’était trop salé. Et à la fois trop sucré. Ou bien trop acide et amer. Voir même trop épicé. Bref, c’était innommable tant c’était ignoble à manger.

- Ce n’est pas bon !

Fit Gokû déçu. D’ailleurs, qu’était-il arrivé au talent de cuisine du bonze ?

- Mais si, allez continue de manger.
- Non ce n’est pas…

Sanzô lui mit de force la nourriture dans la bouche. Et peu à peu, il allait plus vite, forçant le singe à avaler. Gokû qui n’en pouvait plus, se mit à crier qu’il n’avait plus faim, que le blond devait arrêter, que c’était bon, son estomac allait exploser. Mais le moine n’écoutait pas et poursuivait son travail tel une machine dont le disque aurait été rayé.
Gokû continuait de crier à cause de Sanzô.

Mais le blond, lui, était limite entrain d’en rire.
Alors le ouistiti se dégagea de force. Il se mit à courir vers la porte. Mais une douleur lui rappela qu’il était actuellement blessé, et pas en état pour bouger si vite et brusquement. Et bon sang, où étaient passés Gojyô et Hakkai ?!

- Reviens ici Gokû-chan. Tu n’as pas fini de manger.
- Je ne veux plus manger ! Laisse-moi !
- Gokû-chan, reviens ici je te dis.

Son ton n’était même pas froid. Il était juste…Trop calme pour être vrai.

- Non ! Et où sont Gojyô et Hakkai, ils en mettent du temps !
- Ils sont partis.
- Où ?!
- Partis. Reviens ici. S’il te plait Gokû-chan.

Ce n’était plus aux courses. De toute façon, dès le départ ce n’était pas aux courses qu’ils étaient allés. Maintenant ils étaient juste partis. Gokû ne retourna pas vers Sanzô. Il était de plus en plus bizarre. C’était vraiment flippant. Tout le corps entier du singe tremblait. Et puis quel était cette atmosphère qui planait ? Il faisait glacial, et le silence était lourd, trop lourd pour être vrai. Son cœur battait plus vite que jamais. Il avait envie de recracher tout ce qu’il avait avalé.
Il commençait à réellement détester le gentil Sanzô. D’ailleurs était-il vraiment aussi gentil qu’il le montrait ? Pourquoi continuait-il de sourire toujours de la même manière ? Pourquoi son sourire se dégradait de plus en plus, tout en restant le même ? Comme si, le mal tentait de l’envahir. Le rêve virait au cauchemar. Et ce, depuis le début.
Seulement, le blond semblait s’en moquer, et s’approcha du singe, en continuant d’avoir cet air si serein et paisible.
Mais le brun, lui était limite entrain d’en pleurer.

Sanzô releva de force Gokû, et le tira en direction de la sortie de l’auberge.
Le singe se débattait comme il pouvait. Et en même temps il ne comprenait pas grand-chose. Pourquoi le plat du blond était devenu si mauvais ? De plus, il eut beau essayer d’appeler Nyoibo, rien ne vint. Et son ventre lui faisait si mal. Ses bras aussi. Sa bouche était en feu à cause de la mauvaise nourriture que le moine lui avait donné.

- Sanzô, lâche-moi !
- Mais non Gokû-chan, il faut que je t’emmène quelque part.
- Où ?
- Quelque part. Maintenant, tais-toi Gokû-chan.

Et la route allait-elle être longue ? Le brun se débattait encore. Après tout, le gentil Sanzô – s’il était vraiment gentil -, ne le frappait pas à coup de baffeur, et ne le pointait pas avec son flingue. Mais il ne se passait rien. Pourquoi n’avait-il plus de force ?
Et n’étaient-ils pas censés partir vers l’ouest ? Mais sans Gojyo et Hakkai, ni même Hakuryu, comment pouvaient-ils y aller ?

D’ailleurs, où ces deux derniers étaient-ils partis ? Gokû décida de retenter sa chance :

- Sanzô, où sont partis Gojyô et Hakkai ?
- Ils ne sont plus ici, Gokû-chan.

Ce sourire. Plus le blond reparlait du kappa et de l’ex humain, plus son sourire était étrange, limite effrayant. Pourtant, il gardait cette chaleur qui pouvait rassurer n’importe quel cœur. Mais ce n’était pas tout. Plus le singe demandait où se trouvaient leur deux amis, plus la localisation des deux étaient vagues.
Sanzô continuait de tirer le ouistiti qui continuait de se débattre. Le brun finit par saisir une dernière petite chance, en apercevant un arbre non loin, où il pourrait s’accrocher le plus fort qu’il pouvait. Après tout, il était un singe non ? Il pouvait être celui qu’il voulait, donc s’il se transformait en paresseux et qu’il s’agrippait de force à l’arbre…
Et c’est ce qui se produisit. Gokû tomba par terre, vu que le blond le lâcha sur le coup, seulement il n’avait pas prévu que la douleur de son ventre empire. Et il lâcha l’arbre, quand le moine le rattrapa, presque trop doucement.
Sanzô tira de force Gokû, et le releva en direction d’une montagne.

Sanzô souriait.
Et rien que ça, c’était la plus horrible chose qui est pu arriver dès le réveil du singe. A présent il était contraint de grimper une montagne, qui étrangement lui rappelait quelque chose. Mais il ne parvenait pas à se souvenir quoi. Ah, pour une fois, il maudissait sa mémoire de poisson rouge. Peut-être bien qu’ils étaient déjà venus ici, lorsque les quatre allaient encore à l’ouest, vu qu’en cet instant présent, ils n’allaient nulle part. Enfin si, ils grimpaient une montagne familière pour une raison inconnue.

- Où est ce qu’on va ?! Finit par crier Gokû
- Quelque part, sois sage, Gokû-chan.

Les frissons empiraient. Le cœur battait plus fort. Il tremblait encore et encore. Comme si c’était le début de la fin. Il avait un très mauvais pressentiment. Le brun avait encore plus peur que lors des jours de neige du mont Gogyo.
Le mont Gogyo…. Comment était-il déjà ?

- Non je ne serais pas sage ! Pourquoi tu souris comme ça ?!
- Parce que j’ai envie, Gokû-chan. Sois calme. On est bientôt arrivé.
- Je ne serais pas calme ! Pourquoi tu es si bizarre ?!
- Parce que je ne suis pas bizarre, Gokû-chan. Tais toi. On arrive presque.
- Je ne me tairais pas ! Et où sont Gojyô et Hakkai, je sais que tu sais où ils sont !

Sanzô se retourna vers Gokû. Et il souriait. C’était un sourire si tendre, si serein. Il battait presque celui d’Hakkai dans les moments où il était heureux. Il était agréable. Tout brillant. Et à la fois, c’était le plus horrible de tous les sourires du monde. On aurait pu croire qu’il était capable de glacer quiconque le croisait. Ce n’était même pas comme les regards froids habituels du bonze….Non. En vérité, le sourire avait beau être magnifique, il faisait très froid dans le dos. Comme déformé. D’une cruauté incomparable. A lui seul il possédait deux contrastes, et ça le rendait encore plus effrayant. Le dos de Gokû trembla très fort. Il avait vraiment peur.

- Je les aie tués, Gokû-chan.

Et tout en disant cela, Sanzô poussa le singe, à l’intérieur d’un trou. Ce trou n’était pas complètement ouvert. En vérité, il était à demi fermé. Parce qu’il possédait, des barreaux. Cette montagne qui lui disait quelque chose, n’était autre que l’endroit où Gokû avait été enfermé durant cinq cents longues années.

- Pourquoi est-ce que tu fais ça, Sanzô ?!
- Parce que je t’aime, Gokû-chan.

Le faux bonze tourna le dos au singe, qui ne comprenait rien. Qui était plus qu’affolé. Qui essayait de ressortir de cette maudite cage. Le blond repartait comme il était venu. Gokû eut beau hurler à plein poumons, pour qu’il se retourne, il eut beau l’appeler, comme il l’avait appelé pendant cinq siècles, il ne se retourna pas.
Et tout ça, tout ce cauchemar vivant qu’il avait vécu, était dû à une seule et unique chose, qui était la plus étrange et la plus terrifiante des raisons. Qui pourtant, paraissait même plutôt avantageuse. Tout avait commencé parce que…
Sanzô souriait.

Fin

Note pour pas spoiler au début : En l’écrivant, elle m’a rappelé un peu Dorian Gray, à cause du portrait qui se dégrade et un passage de Big Fish, où il est dans la ville parfaite, et que y a quand même cette atmosphère angoissante. Et aussi un épisode de Mickey qui déménage dans une maison hyper high tech, où tout est parfait, mais que ça empire de plus en plus.

Chapitre 2 - Versa
Spoiler:
Titre de la fanfic : De l’autre côté du miroir
Auteur de la fanfic : Yuuki Seijaku ou Yuuki.tohma
Disclaimer : Le manga de Saiyuki appartient à Kazuya Minekura.
Genre de la fanfic : Etrange, Romance
Couple : Sanzô x Gokû
Notes : Cette fic m’est venu en écoutant « J’ai encore rêvé d’elle » en essayant d’m’endormir à l’internat. D’un coup, j’ai vu l’image du Sanzô de ma fic. Et j’ai eut besoin de l’écrire.

Chapitre 2 : Versa.

Sanzô ne souriait pas.
En même temps, quel crétin ce singe de se faire battre par un yokai, tout ça parce que sa faim avait soi-disant détourné son attention. Pourtant, il lui semblait que Hakkai avait prévenu le brun que l’un des abrutis aux longues oreilles était plus fort que les autres. Mais cet idiot, avait paru l’oublier. Il s’était donc retrouvé assommé par terre, avec une plaie assez grande au ventre, et aussi, quelques unes au bras.

Cela faisait trois jours que Gokû dormait. Il ne s’était pas agité plus que ça. Il parlait de nikuman, de pizza, de curry, de plein de nourriture, en dormant. Mais pour la santé du débile de brun, le blond s’était empêché de lui donner un bon coup de baffeur pour qu’il se taise. Peut-être aurait-il du le bâillonner. Quelle idée en même temps de parler en dormant. Et bon sang, quand est-ce que le ouistiti allait ouvrir ses yeux ? Comme ça il allait pouvoir l’insulter de tous les noms pour lui montrer son inquiétude, tout en le baffant avec son éventail, assez fort pour qu’il retienne la leçon. Et oui, le bonze se souciait de Gokû. Peut-être pour ça, que…
Sanzô ne souriait pas.

- Sanzô ?

Le blond réagit alors à son nom.
Il regarda si le brun se réveillait, prêt à lui mettre un bon combo de coup d’éventail dans la tête pour lui avoir donné autant de soucis. Mais en vérité, Gokû n’avait pas ouvert les yeux. Il recommençait juste à parler en dormant.

- Quoi ?

Finit par répondre le bonze sur un ton irrité de voir que l’autre con de singe ne s’était toujours pas réveillé.

- Non ce n’est pas toi, dit alors Gokû, qui dormait encore.

Mais qu’est ce que le chimpanzé racontait encore ? Il ne parlait plus de nourriture, voilà maintenant qu’il rêvait de quelque chose, et surtout, qu’il rêvait peut-être de Sanzô. Mais de quoi rêvait-il pour dire que ce n’était pas lui ?

- Bien sûr que si, con de singe.

Et qu’est ce qui lui prenait, à Sanzô, de répondre à ce genre de conneries ? Il ferait mieux de le réveiller au lieu de parler avec, alors qu’il dort profondément.
Le blond laissait pourtant parler le brun.

- Tu souris. Tu parles gentiment. Tu ne me traites même pas de crétin !

Quoi ? Mais qu’est ce qu’il racontait ?
Déjà, Sanzô ne souriait pas, là, il était plus entrain d’avoir envie de réveiller en frappant le singe, et il ne parlait même pas gentiment. Quel était donc le rêve de Gokû ? Ca avait l’air bien débile, et le bonze espérait qu’à son réveil, le singe ne s’en souvienne pas, pour ne pas qu’il se fasse de fausses illusions. Le moine dépravé ne souriait jamais, et ne parlerait jamais gentiment. Et il traitait s’il voulait l’autre de crétin.

- Parce que tu le fais tout le temps !
- Réveille-toi con de singe, tu racontes n’importe quoi.

Mais Gokû ne sembla pas l’écouter, et n’ouvrit pas les yeux. Il sembla murmurer quelque chose ressemblant à « j’ai faim ». Ah, ça y est, il allait reparler de nourriture pendant son sommeil ? Bon, ça allait redevenir chiant. Au pire, Sanzô s’en ira de la chambre, il n’est pas obligé de surveiller le singe. Et puis Hakkai pourra le remplacer.

- Gokû quoi ?

Que faisait donc le Sanzô du rêve de Gokû ?
Si le ouistiti ne se réveillait pas bien vite, ou alors s’il continuait à raconter n’importe quoi, le blond allait vraiment finir par le réveiller, à coup de baffeur ou de flingue s’il faut.

- Au fait, où sont Gojyô et Hakkai ?
- Réveille-toi et je te le dirais, crétin.

Gojyô et Hakkai…Qu’étaient-ils entrain de faire ? Il lui semblait que Hakkai cuisinait ou lisait, et Gojyô était sûrement entrain de batifoler avec des femmes, comme toujours. Voyant que Gokû ne disait plus rien, à part murmurer des choses incompréhensibles, le blond cru qu’il ne reparlerait plus. Il attrapa donc son journal, et commença à lire.
Des faits divers inintéressants, des nouvelles sur des attaques de yokais, rien que des choses peu palpitantes…

- Méditer ?

Alors comme ça Gokû n’avait pas fini de parler ? De toute façon, le con de singe ne s’arrêtait jamais. Enfin, une question se posait.
Que faisait donc le Sanzô du rêve de Gokû ?!
Le brun ne parlait plus, il murmurait

Décidément, il y avait beaucoup de pauses dans son rêve. Mais sachant qu’un rêve pouvait aller très vite, il n’allait pas tarder à reparler encore, pour lui vriller les tympans au point que Sanzô se demandait comment il faisait pour se retenir de le frapper sur la tête. Peut-être était ce juste parce qu’il se demandait de quoi rêvait l’autre idiot pour parler autant.

- Je n’ai pas faim.
- Tant mieux.

Son rêve semblait être le monde à l’envers. Alors que Sanzô souriait, Gokû n’avait pas faim. C’était vraiment n’importe quoi. Enfin une chose était sûre, il n’allait pas se remettre à parler de bouffe pendant trois plombes.

- C’est très bon !

…Quoi qui était bon ?

- Ce n’est pas bon !
- Merde faut choisir !

C’est vrai quoi. C’est bon où ce n’est pas bon ?! Et puis s’il n’avait pas faim, pourquoi semblait-il manger quand même ? Décidément le singe était vraiment stupide. Enfin, peut-être était ce juste son rêve qui n’était pas normal.
D’ailleurs, ça ne semblait plus être un rêve, vu comment Gokû s’agitait.
Le brun ne parlait plus, il transpirait.

- Non ce n’est pas…

Il se débattait.
Mais bon sang ?! De quoi rêvait-il donc pour parler autant ? Et maintenant, le voilà prit de spasmes, à se secouer partout dans tous les sens. S’il continuait à bouger, Gokû allait finir par tomber du lit. Voyant cela, Sanzô s’approcha du singe, et le maintenu, histoire qu’il ne tombe pas comme un con. Déjà qu’il est blessé, ça n’allait rien arranger.

- Je ne veux plus manger ! Laisse-moi !
- Si je te lâche tu va tomber, crétin. Réveille-toi.
- Non ! Et où sont Gojyô et Hakkai, ils en mettent du temps !
- Gojyô et Hakkai ne sont pas loin, con de singe ! Ouvre les yeux !

Mais Gokû ne semblait pas entendre Sanzô, et se contentait de se débattre dans tous les sens.

- Où ?!
- Le kappa est entrain de draguer toutes les filles qu’il croise, et Hakkai doit être entrain de lire, ça te va ?!

Décidément, le singe énervait le blond, même quand il dormait.
Il se débattait encore.

Mais qu’est ce qu’il pouvait être chiant, à se débattre comme ça.
C’est bon, personne n’allait le tuer. Il ne pouvait pas se calmer ?! Sanzô savait bien qu’il cauchemardait, mais tout de même ! Il n’allait pas mourir ! A moins que dans son rêve, le blond soit entrain de le menacer avec un flingue.

- Sanzô, lâche-moi !
- Comme tu veux, crétin !

Et c’est ainsi que le bonze lâcha Gokû qui se débattait toujours plus.

- Où ?
- Tu m’énerves avec tes où ! Ferme là et dors en silence !

Seulement, le singe ne connaissait pas le mot « silence », ce n’était pas marqué dans son dictionnaire. Alors il continuait de se débattre. En murmurant certaines choses.

- Sanzô, où sont partis Gojyô et Hakkai ?

Le blond attrapa son baffeur, et était prêt à en donner un coup au con de singe. Mais, il se rappela que celui-ci dormait, donc qu’il n’avait pas entendu la réponse du bonze tout à l’heure. Ce pourquoi, celui-ci s’arrêta au dernier moment, et poussa un long soupir d’exaspération.
Mais qu’est ce qu’il pouvait être chiant, à parler comme ça.

- Où est ce qu’on va ?!

Génial.
Maintenant, Gokû ne parlait plus. Il avait décidé de crier. S’il continuait comme ça, Hakkai allait débarquer, et se soucier encore plus qu’il ne l’était déjà. En plus, le singe semblait de plus en plus mal en point.

- Non je ne serais pas sage ! Pourquoi tu souris comme ça ?!
- Je ne souris pas, ouvre les yeux !
- Je ne serais pas calme ! Pourquoi tu es si bizarre ?!
- Je ne suis pas bizarre, tu cauchemardes !
- Je ne me tairais pas ! Et où sont Gojyô et Hakkai, je sais que tu sais où ils sont !

Génial.
Mais qu’est ce qu’il avait avec Gojyô et Hakkai à la fin ?!

Sanzô ne souriait pas.
Peut-être parce qu’il en avait assez que le con de singe raconte n’importe quoi. Qu’il tremble énormément. Qu’il semble plus mal en point qu’il devrait l’être. Il était peut-être juste un peu trop inquiet et que ça, jamais Sanzô ne l’admettrait. Quand est ce que Gokû allait finir par se réveiller ?

- Pourquoi est-ce que tu fais ça, Sanzô ?!
- Je n’ai rien fait crétin !

Gokû s’agitait. Encore et encore.

- Ce n’est pas Sanzô. Ce n’est pas Sanzô…
- Non ce n’est pas moi. Réveille-toi.
- Il n’aurait jamais souri comme ça… Sanzô ne sourit pas.
- Exactement. Ouvre tes yeux.
Il ne m’aurait jamais dit je t’aime… Jamais…
- … Allez, debout.
- Ce n’est pas Sanzô.
- C’est bien, tu as compris ça, maintenant tu vas ouvrir tes yeux, con de singe !
- Sanzô ne me laisserait jamais seul comme ça ! Finit par crier le brun

Gokû ouvrit les yeux à cet instant. Après avoir dormi trois jours à cause d’un foutu yokai qui était dorénavant mort. Il était en sueur, il était même en nage tant il avait transpiré à cause de son cauchemar angoissant. C’était pire que la neige. Et là, la première chose qu’il vit, fut que Sanzô ne souriait pas. Tellement rassuré, il fit un grand sourire et cria presque :

- Sanzô ! Tu ne souris pas ! C’est bien toi !
- Bien sûr que oui abruti de singe !

Et, pour lui apprendre à ne plus jamais se faire battre par un stupide yokai, et à ne plus jamais parler en dormant, le blond, muni de son baffeur frappa une bonne vingtaine de fois la tête de Gokû. Peut-être pour faire partir l’inquiétude qui était monté en lui à cause de ce débile de ouistiti. Après cet acte accompli, tout en tournant le dos au brun pour qu’il ne voie rien…
Sanzô se mit à sourire, mais juste un petit peu.
Parce que Sanzô qui sourit, ce n’est pas Sanzô.

Fin.
avatar
Yuuki Gokû
Sanzo-hôshi
Sanzo-hôshi

Nombre de messages : 310
Age : 23
Localisation : Devant un ordi généralement
Date d'inscription : 17/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Daruko-san le Mar 21 Déc - 15:14

Très bien ton idée de symétrie. Par contre à la fin de "vice" on ne comprend pas comment on en est arrivé là, heureusement qu'il y a "versa" pour comprendre tout. Mais je pense que c'est l'effet voulu. N'empêche il fait peur ce cauchemar pour Goku...

_________________
Je casse Panini et alors, ils le valent bien !

avatar
Daruko-san
Kami
Kami

Masculin Nombre de messages : 3311
Age : 33
Localisation : Auch
Date d'inscription : 29/08/2008

http://fanzinequinoxe.wix.com/equinoxe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Mikan le Dim 26 Déc - 17:24


Haha c'est plutôt rigolo Yuuki-chan, un peu confus cependant mais j'imagine que gérer les 2 en parallèle c'est pas facile. Bel exercice de style !
avatar
Mikan
Gensui
Gensui

Féminin Nombre de messages : 1498
Date d'inscription : 08/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Yuuki Gokû le Sam 1 Jan - 18:43

Merci à tous les deux ^^
en ce qui concerne la fin de Vice, c'est tout à fait normal, c'est pour prévoir Versa @_@...
Bon...J'en ai réecrit une...Mais...Euh....

Spoiler:
Titre de la fanfic : Juste pour un nom.
Auteur de la fanfic : Yuuki Seijaku ou Yuuki.tohma
Disclaimer : Le manga de Saiyuki appartient à Kazuya Minekura. Chou Wong, Hsiao Wu, Jen An et Fei Lien sont des dieux, respectivement, dieu de la sodomie, des prisons, des voleurs et du vent.
Genre de la fanfic : Débile. Mini fic
Couple : Aucun. Enfin si, les parents.
Notes : …. Euhm…. Alors pourquoi cette fic m’est venu ? Euhm…Ahaha…. Bah, à table, on parlait avec ma sœur, et elle n’arrivait pas à retenir le nom de Sanzô (Koryu) et elle a fait : De toute façon, il ne s’appelle ni Sanzô, ni Kôryu, ça se trouve il s’appelait Chaussette… C’est pour ça que ses parents l’ont mit dans un fleuve.

Un couple dans une maison, se disputait. La femme tenait un bébé qui sûrement venait de naître. Le père, semblait faire la moue.

- Je te dis qu’il s’appelera Chou Wong ! fit la mère.
- Je refuse ! Je veux qu’il s’appelle Languette ! répliqua le père.
- Ce n’est pas un nom ! Si tu veux je veux bien qu’il s’appelle Hsiao.
- Non c’est laid comme tout ! Il s’appellera Brouette !
- Mais je refuse ! D’accord à la rigueur Jen An…
- Non non, Poussette !
- …Mais tu vas arrêter oui ?! Bon d’accord, il s’appellera Fei Lien !
- Non….Je ne veux pas ! Je ne suis pas d’accord, tu m’entends ?! Alors, comme je suis le chef de famille, je décide qu’il s’appellera…CHAUSSETTE !

Et la décision fut prise, parce que de toute manière les femmes n’ont pas tous les droits. Et puis tant pis, ça sera Chaussette. C’est mieux que Languette, ou brouette ou poussette de toute façon… La femme soupira et laissa son mari remplir les papiers, en regardant son petit ange aux cheveux blonds et aux yeux violets, dormir. Il se faisait tard et c’était l’heure de dormir.
Le lendemain matin, le père se réveilla, avec une question en tête. Il se souvenait avoir trop bu tant il était heureux que sa femme accouche, mais ensuite ? …Il se souvenait aussi avoir choisi le nom de son enfant. Quel était-il déjà ? L’homme attendit que sa femme se réveille, et posa la question :

- Chérie, comment s’appelle notre enfant déjà ?
- C’est toi qui à insisté pour qu’il s’appelle Chaussette et tu ne t’en souviens même pas ?
- Quoi ? Chaussette ?
- Oui.

Le nouveau père poussa un cri d’horreur. Qu’avait-il fait ?! De plus il était impossible de changer le nom une fois donné… Oh non…Il fallait qu’il trouve une solution…Vite… C’était son honneur et son héritage qui était en jeu.
Il attrapa le bébé, et fit mine de s’en aller faire visiter la ville à son enfant. La mère se demanda quelle était donc cette nouvelle lubie, mais laissa faire son mari.
Le géniteur de l’enfant blond, s’approcha du fleuve. C’était la seule solution qu’il avait trouvé pour sauver sa vie. Et puis, quelqu’un le recueillera et lui donnera un autre nom, après tout… Et c’est ainsi que Chaussette s’en alla, sur les bords du fleuve du Yangtsee, dans un petit panier. La personne qui l’adopta lui donna un autre nom, Kôryû qui par la suite devint Genjô Sanzô, parce que franchement, c’était légèrement mieux que Chaussette.

Fin.
avatar
Yuuki Gokû
Sanzo-hôshi
Sanzo-hôshi

Nombre de messages : 310
Age : 23
Localisation : Devant un ordi généralement
Date d'inscription : 17/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Daruko-san le Lun 3 Jan - 15:39

J'ai moins aimé celle-ci. C'est un peu trop tiré par les cheveux cette fois.

_________________
Je casse Panini et alors, ils le valent bien !

avatar
Daruko-san
Kami
Kami

Masculin Nombre de messages : 3311
Age : 33
Localisation : Auch
Date d'inscription : 29/08/2008

http://fanzinequinoxe.wix.com/equinoxe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Miku le Mar 4 Jan - 1:00

C'est tellement idiot que ça m'as beaucoup fait rire XD

Pauvre Sanzô, il aura subit bien des choses ^^

_________________
avatar
Miku
Seitei-sama
Seitei-sama

Féminin Nombre de messages : 1249
Age : 26
Localisation : Attends Houmei sous la neige *Atchoum*
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  mathieulonewolf le Mar 4 Jan - 5:23

Pauvre Sanzô >< Non mais oh!

Kôryû qui par la suite devint Genjô Sanzô, parce que franchement, c’était légèrement mieux que Chaussette
-> de toute façon ça pouvait être difficilement pire XD

Je prie fort pour que Minekura-sensei ne lise jamais cette fanfic et décide de s'en inspirer pour en faire un Saiyuki Birth: la naissance de Sanzô ><
avatar
mathieulonewolf
Seitei-sama
Seitei-sama

Masculin Nombre de messages : 1357
Age : 30
Localisation : Evron
Date d'inscription : 01/03/2009

http://journeyintodanger.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Yuuki Gokû le Sam 26 Fév - 5:00

Désolé du retard ._. *blâmez moi* Merci à tous ^^... Et désolé si c'était trop tiré par les cheveux, éhé...
Bon, j'hésite à montrer ce que je viens d'écrire, parce que c'est qu'un prologue, que j'ai pas d'idée pour la suite, mais que cette idée me trottait un petit peu dans la tête et que j'ai comme d'habitude, pas pu résister - c'est bête -. Bon....Bon....BONBON..... Allez je me lançe ç_ç

Spoiler:
Prologue – Rêve

Il se voyait. Les cheveux longs. Il voyait les autres. Mais c’était différent. Il voyait cette personne qu’il ne connaissait pas. Sans comprendre. Il sentait cette froideur. Ça lui faisait mal. Et il eut beau essayer de trouver une explication à tout cela, rien ne venait. C’était pire qu’être enfermé dans la cellule. Même les jours de neige. Parce qu’il savait qu’il connaissait tout ce qu’il voyait, mais il ne parvenait pas à se souvenir qu’est ce que c’était. Etait-ce son inconscient qui lui jouait des tours ? Peut-être. Mais une voix lui affirmait le contraire, lui parlant même d’une certaine promesse dont il ne parvenait pas à se rappeler. Pourquoi donc ne pouvait-il pas savoir tout ? Pourquoi à chaque fois qu’il essayait de s’en souvenir après, ça lui donnait un mal de tête ? Alors qu’à cet instant, quand son surmoi s’endormait, il se rappelait du rêve de la dernière fois. Mais quand il rouvrait les yeux, il n’avait plus aucun souvenir de ce qu’il avait rêvé.
Il ne comprenait pas. Pourquoi donc était-ce comme ça ? Il ne voulait pas se réveiller, il voulait savoir, puis s’il ouvrait les yeux, il voulait se souvenir. En parler aux trois autres, leur dire qu’il rêvait d’eux, mais différemment. Qu’il rêvait de cette couleur jaune. De ce soleil qui brillait. Mais jamais il ne parvenait à se remémorer de tout ça, et ça le frustrait, alors forcément, l’un des trois l’enquiquinait avec ça. Et ils se disputaient encore.

Gokû aimerait tellement se souvenir de son rêve. Qui semble toucher sur le passé. Ce passé qu’il ne connaît pas. Sur la raison de son nom. Sur la raison de son amour pour le soleil. Mais voilà que celui-ci se lève et que le singe va bientôt ouvrir les yeux. Tout oublier à nouveau…

* * *

- Bosatsu-sama, vous paraissez intriguée.
- Hum…Oui. Il semblerait que le nabot se souvienne.
- Vous voulez dire que…
- Exactement.

La déesse semblait en effet quelque peu préoccupée, mais en même temps, de savoir que le ouistiti se remémorait de son passé dans ses rêves, l’amusait. Elle avait envie de voir la suite, de savoir s’il allait parvenir à s’en souvenir même dans la réalité. Kanzéon se doutait même les conséquences que cela aurait sur Gokû, mais pourtant, elle n’empêcherait rien. Comme d’habitude, elle sera juste la spectatrice d’un spectacle si peu ennuyant.
La bodhisattva jeta un coup d’œil aux trois autres qui dormaient, et particulièrement à son ancien neveu. Et lui, comment réagirait-il à cet instant ? Tout cela semblait amusant, vraiment marrant. Elle avait même hâte que les choses avancent…

A suivre.
avatar
Yuuki Gokû
Sanzo-hôshi
Sanzo-hôshi

Nombre de messages : 310
Age : 23
Localisation : Devant un ordi généralement
Date d'inscription : 17/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fics et autres écrits de fan

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum