Interview de juillet 2009

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Interview de juillet 2009

Message  Tamanegi le Jeu 5 Mai - 1:37

Coucou les gens !
Sur les douces instructions de Miku chérie, pour avoir l'impression de contribuer moi aussi, j'ai commencé à traduire la très sympathique et très instructive interview de Minekura-sama ICI

Voici d'abord la première partie, parce que c'est très long, sur les débuts de Minekura en tant que mangaka. Je l'adore encore plus depuis que j'ai lu ça. Je la trouve adorable et pétillante. ♥
La seconde partie portera sur la Sanzo Ikkou Very Happy


Ceci est une interview à propos de la production des séries. La vérité choquante à propos du «secret de la naissance de Saiyuki» et «les modèles de la Sanzo Ikkou» est révélée !

Avant que nous parlions de Saiyuki, s'il vous plait, dites nous comment vous êtes devenue mangaka

Minekura J'aime dessiner depuis que je suis petite. Tout à fait par hasard, un illustrateur a ouvert une classe de dessin dans mon voisinage, et j'y ai pris des leçons depuis ma dernière année de maternelle jusqu'à ce que je sois en sixième. Je faisais des esquisses et des pentures à l'huile, etc... Mais on ne peut pas dire que j'ai appris. Comme j'étais enfant, le professeur avait la politique du «tu ne dois pas dessiner bien, dessine juste ce que tu aimes». En vrai, je dessinais tout ce qui avait attiré mon attention, mais c'était drôle.

J'aimais dessiner, mais je savais aussi que mes dessins n'étaient pas bons... Alors quand j'étais à l'école primaire, je pensais déjà «ce sera impossible pour moi de devenir mangaka», et j'étais déjà vaguement déçue (rires).

Malgré ça, je rêvais d'avoir un métier créatif, quelqu'il soit. Alors j'ai pensé «si je ne peux pas dessiner, je pourrais écrire !» et quand j'étais au collège, j'avais en vue de devenir écrivain. Mais une collégienne manquant d'expérience dans la vie n'a pas grand chose à écrire dessus. Je lisais ce que les adultes récompensés écrivaient dans les magazines, et je pensais «je ne peux pas écrire ce genre de trucs !» [that's a matter of course now, mais c'est un peu intraduisible, alors débrouillez vous avec, ça la fait rire. XD] A la fin, à partir de la troisième, j'étais déprimée en pensant «je suppose que je ne peux pas écrire de roman maintenant, non plus...» Et puis enfin, j'ai réalisé. Ce dont je manquais, ce n'était rien d'autre que de l'expérience ! (rires).

Tout de même, je voulais créer, peu importait quoi. N'importe quoi était bin, un manga, un roman, du photo journalisme, ou même de la danse !
Quand je suis entrée au lycée, la première chose que j'ai faite a été de faire un club de manga. Quand j'ai invité des mangaka pleins d'espoir, il n'y en avait que deux, j'ai donc forcé des amis qui ne dessinaient pas de manga à rejoindre le club et former le reste.
En même temps, j'étais membre du club de théâtre. Je l'ai rejoins car je voulais vraiment faire le travail de coulisses, mais ils n'avaient pas besoin de mise en scène, et le conseiller m'a dit «Les scripts et la mise en scène ne sont pas quelque chose que les étudiants font». Alors je suis partie (rires). J'étais également intéressée dans le photo journalisme, mais il n'y avait même pas de laboratoire de photographie !

Mais quand ma vie de lycéenne a commencé, en fait.... Je m'amusais plus à jouer et je ne dessinais pas vraiment de mangas (rires). Je veux dire, quand vous atteignez le lycée, soudainement le monde devient un peu plus grand, et intéressant. Oubliant le manga, je séchais même l'école et allais me balader ailleurs. C'est ainsi que j'ai paresseusement passé l'année.
Quand je suis passée en première, quatre nouveaux étudiants ont rejoint le club. J'étais surprise de voir qu'ils étaient très bons à dessiner les mangas ! Alors j'ai pensé «Mince ! Je dois m'y mettre sérieusement et dessiner quelques mangas aussi !!». C'était comme «Je ne vais pas perdre !»

A propos, c'est surprenant, mais à ce moment là je n'avais pas encore dessiné de véritable manga... (rires). J'avais dessiné des scénarios, des images, mais c'était du genre «....alors, comment tu dessines un manga ?» (rires). Je ne savais pas du tout comment les dessiner. Et je n'avais pas beaucoup de connaissance dans le matériel non plus ! Mais j'étais la présidente du club, et la plus ancienne membre, alors je ne pouvais pas trop dire «Je ne sais pas». Alors j'ai juste copié... et peu à peu j'ai commencé à dessiner des images de manga dans le magazine du club.

Et ensuite ! Une fois de plus, face à dessiner du manga, je me retrouvais intéressée encore une fois ! C'est un ensemble de créativité. Vous faites une histoire, vous créez les images (des gens, des objets, depuis des angles différents), vous dirigez les personnages (vous leurs donnez des répliques, leur positionnement), vous mettez même en scène (ce qui inclu le travail de cameraman)... Autrement dit, c'était comme si j'étais une directrice générale avec personne au-dessus de moi ! (rires). «Ah, c'est ce que je veux faire», me suis-je dit. «C'est vraiment difficile, mais c'est définitivement ce que je veux faire !».... Je n'avais pourtant toujours pas dessiné de véritable manga (rires), mais j'ai décidé que je ne me refrénerai plus».

Quand vous êtes en première, vous commencez à parler de ce que vous ferez après votre bac. Non seulement à l'école, mais vos parents commencent à vous demander «que vas-tu faire avec ta vie ?». Je n'avais aucune envie de rejoindre la main d'oeuvre, mais je n'avais pas assez étudié pour aller à l'université ! (rires) En fait, j'étais une idiote au point même de ne pas savoir si j'allais avoir mon bac ou non. Je n'étais pas connue pour être une mauvaise fille, mais j'étais connue pour être idiote. (rires).

Bien sûr, il n'était pas question que mes parents soient satisfaits de moi, qui n'avait absolument aucune expérience, disant «je veux être mangaka». J'ai été plutôt invitée par des amies à aller «à une école de design après le bac», alors c'est ce que j'ai projeté de faire. Pour que mes parents soient satisfait de ça, je devais montrer que «je fais de mon mieux pour mon avenir !». Alors j'ai paniqué et dessiné un manga, qui a été publié dans un magazine. C'était «BROTHER».

Alors, la collaboration avec les magazines faisait partie de votre recherche d'emploi ?

Minekura Eh bien, jusqu'à ce moment là, je n'avais que ce que j'avais dessiné dans mon carnet, et l'entraînement d'un manga de 8 pages que j'avais mis dans le magazine du club, alors c'était le premier manga que je terminais...
Alors je n'avais vraiment aucune connaissance à propos de comment dessiner un manga. J'avais pour habitude d'utiliser l'aérographe pour les cadres que j'avais épaissis à l'encre noire (rires). Malgré le fait d'avoir travaillé à mi-temps, et j'avais dépensé tout mon salaire en Cds (j'étais obsédée par la musique en ce temps là aussi), alors quand est venu le temps de dessiner des mangas, je n'avais pas d'argent pour acheter du matériel avec. Alors je me suis dit «Eh, ça ira bien», et finis par utiliser de l'encre épaisse. J'arrive pas à y croire. (rires).

J'ai fini par recevoir de l'argent pour ma collaboration, mais l'éditeur m'a dit «s'il vous plait, la prochaine fois, utilisez une palette» [bon en gros, elle parle de «tones», et à par des tons de couleur, jvois pas ce que c'est] (rires). Quand j'y pense maintenant, Comic GENKi a été formidable, non seulement pour publier ce niveau de travail, mais pour aller assez loin pour me donner de l'argent pour ! (rires). Ensuite, quand l'éditeur a demandé «voulez-vous réessayez pour le même prix ?», j'ai dessiné «Saiyuki», et reçu à nouveau de l'argent pour. Après ça, j'ai dessiné plusieurs one-shot de «BROTHER» pour Comic GENKi, et ai été capable d'obtenir du travail de la part de la compagnie d'édition Tokuma Shoten. Avant que je sache cela, j'étais passée en premier cycle universitaire.

A partir de ce moment, ma charge de travail n'était pas très lourde, et tous mes mangas étaient si terribles que je voulais pleurer. Alors j'ai déclaré «... D'accord, entraînement !» Soudainement, un jour, j'ai eu une idée, et ai commencé un doujinshi. Je suis naturellement paresseuse, alors j'ai décidé de me forcer à aller dans un coin où je devais dessiner et m'entraîner. Après tout, si je dépensais de l'argent pour participer à un évènement (manifestation), je ne pouvais vraiment pas bien dessiner. (rires). Le genre était la création, et j'ai alors commencé à dessiner Saiyuki, WILD ADAPTER, et BUS GAMER.
Je vendais des doujinshis à un évènement quand quelque de la section éditrice de G-fantasy m'a approchée. Alors j'ai écris un one-shot de Saiyuki pour G-fantasy... Six mois plus tard, la série commençait sérieusement.

Avez-vous appris des techniques de manga à l'école que vous avez rejoint après le lycée ?

Minekura Non, pas du tout... J'ai fini par prendre illustration comme matière principale en premier cycle universitaire. C'était bien sûr fait pour les personnes ayant pour but d'illustrer des romans, devenir illustrateurs. Quand je suis entrée en premier cycle universitaire, j'avais déjà commencé à étendre mon activité de mangaka, et j'étais inquiète de prendre les cours de manga en matière principale, ce qui aurait été un peu embarrassant, alors j'ai pris les cours d'illustrations (rires).
Malgré ça, j'ai énormément appris. Jour après jour, je voulais dessiner des devoirs de grande taille, avec des crayons de couleurs. A ce moment, j'adorais les illustrations de Yamagata Atsushi-san. De surcroît, la raison pour laquelle j'avais choisi Comic Genki pour envoyer mes contributions était que j'étais obssedée par l'OAV «THE Hakkenden», dont Yamagata-san avait fait le character design. Il y avait également le fait que j'aimais Nansou Satomi Hakkenden pour commencer, et que Comic GENKi était le seul à publier le manga. En ce temps là, c'était le seul magazine que j'achetais.

Quand vous avez dessiné Saiyuki, lors de votre seconde contribution, quelle était l'apparence de cette première histoire ?

Minekura
J'ai d'abord dessiné Saiyuki comme cela était paru pour la première fois dans le magazine de mon club de lycée. Mais la base de la Sanzo Ikkou était un groupe de quatre lycéens issus d'une histoire se passant dans une école, comme je l'avais imaginée au collège. J'avais pour idée de faire «Hsi Yu Ki»[note de tama : le roman chinois original, les pérégrinations vers l'ouest] lors du festival de l'école dans cette histoire, et avait fait quatre personnages pour jouer le rôle de la Sanzo Ikkou. Mais ensuite, j'ai pensé «...cette façon pourrait être plus intéressante», et j'ai retiré le fait que ça se passe dans une école. «Saiyuki» en est né. C'était quand j'étais au lycée, je pense.
Incidemment, la raison pour laquelle j'avais choisi «Hsi Yu Ki» comme thème était simplement parce que j'avais regardé Nobita's Parallel Hsi Yu Ki à la télévision, et quand j'ai vu les personnages de Doraemon faisant une parodie d'Hsi Yu Ki, je voulais essayer avec mes personnages ! (rires).
Depuis que je suis enfant, j'ai toujours adoré le drama Hsi Yu Ki !

C'est à cette étape que «Gojyo = homme à femme» et «Goku = goinfre» comme personnalités de base ont été terminées. Simplement, Sanzo était du genre «de bonne composition», un homme sympathique (rires). Si je devais dire, Hakkai était plus le type «souriant mais distant». Le manga entier avait un sentiment plus léger qu'il n'a maintenant, et était plus proche d'une comédie.

Tamanegi
Yôkai
Yôkai

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 24
Localisation : Chi town ~~
Date d'inscription : 22/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Miku le Jeu 5 Mai - 10:32

Wow, t'as été vachement rapide !! Faut que je lise tout ça.

_________________

Miku
Seitei-sama
Seitei-sama

Féminin Nombre de messages : 1249
Age : 25
Localisation : Attends Houmei sous la neige *Atchoum*
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Tamanegi le Jeu 5 Mai - 11:15

Ehehe, appelle moi speedy gonzales. Hem. Owi, lis, que j'aie pas bossé pour rien !

Tamanegi
Yôkai
Yôkai

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 24
Localisation : Chi town ~~
Date d'inscription : 22/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Miku le Jeu 5 Mai - 15:09

*___*

Minekura est vraiment géniale ! Ou débile, mais dans un bon sens XD
J'suis encore plus fan ♥♥♥

_________________

Miku
Seitei-sama
Seitei-sama

Féminin Nombre de messages : 1249
Age : 25
Localisation : Attends Houmei sous la neige *Atchoum*
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Ayane le Jeu 5 Mai - 15:47

J'adore, elle est génial xD
Et on voit que son caractère se retranscrit dans c'est personnages quand elle dit «Je ne vais pas perdre !» ^^

Ayane
Bonze
Bonze

Féminin Nombre de messages : 109
Age : 27
Localisation : Disney
Date d'inscription : 24/04/2011

http://ayane1989.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Tamanegi le Jeu 5 Mai - 16:11

Uhuhu et là, vous allez perdre toutes vos illusions, on abandonne toutes nos théories sur l'histoire, Minekura est grosse improvisatrice, mais quelle classe ! Very Happy

Voilà la suite. Enfin un bout. :3


Pour changer de sujet, j'aimerai vous poser des questions à proprs des modèles pour la Sanzo Ikkou. Pourquoi avez vous décidé de faire quatre hommes en personnages principaux ?

Minekura Fondamentallement, tous mes mangas ont des protagonistes masculins...(rires). Pour ce qui est de la structure avec quatre personnages, pour être honête, en premier lieu je les ai modelé d'après Horibe Keisuke-san et CHA-CHA [ndt : Horibe Keisuke est un acteur et un écrivain pour la télévision. CHA-CHA est un boysband formé en 1988. Ils sont 4 membres, dont le leader Katsuma Kunizaku et Nishio Takumi. Kino Masato s'est retiré du groupe en 1990.] Le nombre importe peu, mais après avoir essayé et m'être demandé ce qui arriverait si je mixais ces types avec leurs personnalitées, je m'en suis tenue à quatre personnages.

Bien sûr, ce n'était rien d'autre qu'une référence, et ça n'avait rien à avoir avec leur apparence extérieure. Dans un sens, le premier modèle pour Goku était Katsumata Kunizaku de CHA-CHA (explose de rires) [note de tama : je vous engage à taper 勝俣州和 dans Google image pour rire un coup. XD] La première version de Sanzo, «calme et de bonne nature», est venu à cause de Nishio Takumi-san, du même groupe CHA-CHA [note de tama : encore une fois, allez voir la tête du monsieur en tapant 西尾拓美 ] qui était son modèle de base. A propos, Nishio-san a un grain de beauté sur le front aussi (rires). La base de Gojyo est Kino Masato-san [note de tama : again and again :木野正人 ] qui était un danseur pour Tahara Toshihiko, et était du genre tombeur de filles. Et la base de Hakkai était Horibe-san [note de tama : d'un coup, ce type devient flippant. 堀部圭亮 ] En ce temps là, Horibe-san apparaissait avec des lunettes épaisses vert-noir, et un look intellectuel, c'est donc l'image qu'a prise Hakkai.

Toutefois, comme je l'ai dit plutôt, ces personnages et leur visuel ont changé encore et encore, jusqu'à ce qu'ils deviennent ce qu'ils sont maintenant. Cela peut être dit à propos de n'importe quel manga, mais il y a toujours une personne qui déclenche la naissance d'un personnage qui apparaît dans mes mangas. Cependant, cette personne n'est rien d'autre qu'un cadre, ou quelque chose pour moi de dire «Mettons son image sur ce personnage, go !»

Alors c'est comme ça que les quatre personnages sont nés, et que la scène a changé du Japon de nos jours à l'ancienne Chine, et que Saiyuki est né. (note de tama : ancienne chine, ancienne chine... avec une jeep, la télé, des ordinateurs, des frigos, des canettes de bière, des malboro, des cartes de crédit et des avions...)

Minekura C'est ça. J'avais déjà parlé des modèles de base de mes personnages, mais pour moi, il y a de nombreux cas où je prend une chanson de Utautai-san et que je l'utilise comme base pour créer une image entière d'un manga. Par exemple, dans WILD ADAPTER, j'ai pensé la vision du monde en imaginant la sécurité de cette chanson, et donc utilisé comme base. (note de tama : cette phrase ne veut rien dire. Tant pis. xD)

Quand j'étais au lycée, la chanson qui a décidé la route de Saiyuki a été RUN de B'z. (note de tama : voilà la vidéo de la chanson. Sérieusement, j'aime la chanson (et ça colle bien à Saiyuki, ouééé). XD Et ce qu'ils portent aussi. * tousse* )
Mais ça a fini par être incroyablement facile à deviner comme base, et je recevais des commentaires par la suite de lecteurs qui disait «c'est comme RUN, n'est-ce pas ?» (sourire douloureux)
[note de tama : j'ai trouvé les paroles en romaji, jveux savoir ce qu'elles disent !!!!! *frétille *]
En vérité, il y a plusieurs chansons. WILDLOAD de B'z en est une, et la saveur chinoise vient d'une chanson 135, mais à la fin, celle qui a vraiment tracé la route de Saiyuki, c'est RUN. Les chansons dont je m'inspirent continuent d'augmenter en nombre ! J'adore écouter de la musique, alors je pense qu'elles continueront à augmenter par la suite. Je me fiche du genre. J'aimerai que mon manga grandisse comme ça, aussi.

Quel genre d'histoire était le Saiyuki que vous avez créé au lycée ?[b]

[b]Minekura
C'était à peu près pareil que le premier chapitre de Saiyuki. Sans mentir, j'ai écris le premier chapitre de Saiyuki trois fois au total. La première fois, c'était un one-shot dans le magazine du club, quand Sanzo reçoit l'ordre de la part de la Sainte Trinité, les trois autres le rejoignent en disant «J'viens aussi !» et vont tabasser des yokais. La version que j'ai soumise au magazine a changé complètement le ton de la comédie de la première version, en quelque chose de plus approprié à une histoire. J'ai changé le one-shot publié par G-fantasy pour que cela commence avec Sanzo et Goku commençant leur périple, et les scènes dans le palais du soleil levant sont des flash-backs.

Ce one-shot a reçu des critiques favorables, et Saiyuki a fini par devenir une série, n'est-ce pas ?

Minekura Oui, dieu merci ! Jusqu'alors, je dessinais JUST!! comme une série de one-shots, mais c'était mon premier travail de série !

Comment vous êtes vous sentie quand la publication de la série a commencé ?

Minekura C'était un sentiment de «...si je n'arrive pas à faire ça bien, je vais mourir» (rires). A ce moment, je dessinais toujours mes mangas à la maison de mes parents, car je n'avais pas d'argent. Cela peut paraître bizarre, mais j'ai songé «Je ne pense pas que je pourrai jamais écrire une histoire aussi prenante que Saiyuki !». Je suis en fait une personne qui veut dessiner une histoire sombre, soooooombre (rires). Mais la chose étrange était que je n'avais probablement pas pensé à l'histoire au-delà du premier chapitre.... (rires). Je m'étais dit «Je veux faire une série de mon travail !», mais je n'avais pas pensé à ce que je ferai une fois que la série serait confirmée. C'est extraordinaire, je n'ai pas changé depuis le lycée ! (rires). Je peux vous le dire maintenant : la scène dans le premier chapitre où les passés des personnages sont montrés en flash-back, c'était que du mensonge. Après ce chapitre, j'ai créé des histoires pour coller aux images (rires). Par exemple, je n'avais pas songé à faire de Gojyo un «enfant tabou aux yeux et aux cheveux écarlates» au stade du premier chapitre. A ce moment, je savais seulement qu'ils devaient tous avoir quelque chose qui leur serait arrivé dans leur passé, et même si la publication de la série n'avait pas été confirmée, j'avais fini par «spewing some hot air» (rires). [note de tama : jsais pas comment le traduire. Dégobiller de l'air chaud ? o_O]
J'espérais juste que les gens verraient ça comme une preview de manga, et trouveraient ça amusant... Comment pourrai-je dire ça, mon cerveau est plutôt pourri (rires).

Je vois. Alors, si par exemple vous posez un problème difficile, vous-même devez être prête avec une solution.

Minekura Uh-huh (rires). Alors, problème après problème, j'ai créé une histoire comme si je jouais à une poursuite, pensant à la prochaine intrigue aussitôt que l'actuelle se terminait. En fait, c'est... même le cas maintenant (rires). Puisque j'ai toujours continué dans cette direction, j'en suis venue à réaliser que si je travaillais dur, d'une manière ou d'une autre, tout va s'assembler (rires).

Je n'ai pas une impression peu méthodique pour chaque développement des épisodes, du début jusqu'à l'apogée, ou de la part des répliques chocs que les personnages disent...

Minekura Bien sûr, j'ai des thèmes et des répliques que je veux que les personnages disent depuis le début, mais uniquement les répliques clés ou importantes surgissent dans ma tête. Ensuite, je pense «quel genre d'incident pourrait correspondre, quel genre de scène puis-je introduire pour que cette réplique ait le plus d'impact ?». En vérité, ce processus de création de l'histoire est plutôt long. Cela ne surgit pas dans ma tête aussi facilement, alors c'est une création que je dois déterrer de ma tête petit à petit. C'est difficile. (rires).

Saiyuki a eu un large impact sur les lecteurs; c'est devenu populaire après que la série ait commencé à être publiée. Donc du point de vue de vos éditeurs aussi, vous avez du être à l'écart par rapport aux autres nouveaux auteurs.

Minekura En plus d'être ma première série, j'ai été également autorisée à faire mon premier travail en couleur depuis mon premier one-shot ! Mais, je n'avais pas dessiné d'image en couleur pour un magazine commercial avant ça, je ne savais même pas quelle taille de feuille utiliser. Quand j'ai demandé à mon manager, il m'a dit «n'importe quelle taille ira». Donc même une image en B5 pouvait être publiée. J'ai fini par dessiner sur une immense planche de taille B2 (rires). Les travaux que je faisais en premier cycle universitaire faisaient cette taille. Et la personne qui est venue chercher mon manuscrit avait amené un portfolio de taille B4 (rires). «....c'est...c'est grand....» Il était surpris. J'étais surprise aussi. (rires).

Tamanegi
Yôkai
Yôkai

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 24
Localisation : Chi town ~~
Date d'inscription : 22/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Daruko-san le Jeu 5 Mai - 23:40

Merci Tama, c'est super ! Surtout les annotations concernant les modèles du Sanzo-Ikkou.

J'avais lu en anglais mais j'avais pas tout compris, c'est super détaillé. Et vive Minekura-sensei !

_________________
Je casse Panini et alors, ils le valent bien !


Daruko-san
Kami
Kami

Masculin Nombre de messages : 3224
Age : 32
Localisation : Auch
Date d'inscription : 29/08/2008

http://fanzinequinoxe.wix.com/equinoxe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  mathieulonewolf le Ven 6 Mai - 2:49

Merci beaucoup Tama pour ces infos!

Par exemple, je n'avais pas songé à faire de Gojyo un «enfant tabou aux yeux et aux cheveux écarlates» au stade du premier chapitre.

C'est dingue en fait, Sensei n'avait pas encore pensé au background de Gojyo lors du 1er chapitre XD

du coup... je me demande si elle a vraiment réfléchi à une fin pour la série...

mathieulonewolf
Seitei-sama
Seitei-sama

Masculin Nombre de messages : 1336
Age : 30
Localisation : Evron
Date d'inscription : 01/03/2009

http://journeyintodanger.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Tamanegi le Ven 6 Mai - 9:53

ahah, oui, elle sait comment ça se termine, elle le dit à la fin de l'interview. C'est encore un peu long, mais ça arrive, ça arrive. Very Happy

Tamanegi
Yôkai
Yôkai

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 24
Localisation : Chi town ~~
Date d'inscription : 22/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Tamanegi le Ven 6 Mai - 16:31

Double post powa, flagellez moi.

Voici la suite de l'interview. Après cette partie, il n'en manquera plus qu'un petit bout et j'aurai terminé.
Vous allez découvrir comment le professeur Nii est devenu un prêtre Sanzo. Vous allez savoir qui est l'étrange yokai dans l'arbre. (oopas).
Et vous allez hurler, car quelqu'un risque de mourir.

Vous avez dessiné environs 7 esquisses la première fois que vous avez dessiné la couverture du magazine, n'est-ce pas ?

Minekura C'est parce que c'était la première fois que je faisais la couverture d'un magazine. Je n'avais pas reçu de réponse pendant un moment quand j'avais faxé l'esquisse à l'éditeur, alors j'ai sauté à la conclusion selon laquelle ils n'avaient pas aimé celle que je leur avais montré (rires). Alors comme une idiote, j'ai continué à leur envoyer image après image jusqu'à ce que je reçoive une réponse. Je cause tellement d'ennuis. (rires).

Quand avez-vous eu un assistant ?

Minekura Pour un temps, lorsque la publication de la série a commencé, j'ai été aidée par mes juniors et mes amis. Autour du troisième tome, j'ai commencé «Araiso Private High School Student Council Executive Committee», et j'ai réalisé que c'était impossible, alors j'ai recruté un assistant et Suzuki Jirou-chan m'a rejoint.

Après ça, vous avez commencé à travailler avec Suzuki Jirou-san, Mizutani Yuzu-san, et Seino Keiya-san, n'est-ce pas ? Est-ce que tout le monde s'entend bien ?

Minekura Oui, mais quand j'y pense, nous n'avons pas été longtemps tous les quatres ensemble. En parlant en termes de tomes de manga, c'était seulement pour les volumes 7 et 8, donc juste à peu près un an.

C'était un peu avant que les OAV et l'anime aient été créés, n'est-ce pas ? Le début était un sondage fait par le magasin «Animate», demandant «Quelle histoire voudriez-vous voir devenir un anime ?» Quand les résultats ont été dévoilés, en première place venait une histoire de Shonen Jump, et en seconde place, Saiyuki. La section éditoriale en entière a pris le résultat en compte, et a commencé à travailler sur le projet.

Minekura C'était comme un rêve. Quand j'ai entendu pour la première fois parler de devenir un anime, je ne pouvais pas le croire, pendant un temps.


Nous avons trouvé que l'une des caractéristiques partagées par les mangakas dont les histoires étaient adaptées en anime était une augmentation de leur travaux d'illustrations en couleurs. Comment ça se passe pour vous ?

Minekura Eh ben, je ne devrai pas dire ça comme ça, mais il y a des portions de ces illustrations qui ont été dessinnées simplement sur une impulsion.... (rires). C'était plutôt ça, l'entraînement. Je devais me persuader «Tu peux le faire ! Tu peux le faire, Minekura !»(rires)
[note de tama : elle est trop adorable ♥]

La section éditoriale a l'impression que vous êtes rapide avec les images en couleurs, et ils en reçoivent environs 10 par mois de vous, c'est ça ?

Minekura Je fais attention à l'équilibre entre les quatre gars en dessinant, mais au milieu, je deviens impatiente et je me plains «Y'a plus de composition...» (rires). Mais j'aime dessiner les illustrations en couleurs, et même maintenant je le fais volontiers.

Saiyuki Gaiden a commencé après l'OAV, correct ?

Minekura C'est ça, ça a commencé au moment le plus mouvementé (rires). Pour le dire en terme de Saiyuki, c'était aux environs du 6ème tome. C'était la première impression du volume 6 qu'a sonné la cloche du début de l'anime... Alors j'ai commencé Gaiden au moment où je manquais le plus de temps et de personnes ! (rires) J'ai parlé à mon manager à propos de l'intrigue générale de Gaiden, et quand j'ai dit «Je veux l'écrire quelque part, mais il n'y a aucun intérêt à le dessiner après la fin de Saiyuki...». Il a répondu «Alors, publions le en même temps !». Je voulais lier concrètement l'histoire principale à cette histoire annexe, alors nous avons décidé que les publier en même temps serait le meilleur moyen.

Avez vous des souvenirs de personnages qui sont apparus dans Saiyuki, avant que vous atteigniez Saiyuki RELOAD ? Par exemple, que pensez-vous des ennemis principaux de la première moitié, Chin Yisou et Rikudou ?

MinekuraChin Yisou a une sorte de popularité spéciale... Cela a sûrement beaucoup à voir avec le passé d'Hakkai, mais on dirait qu'il a eu un impact particulièrement fort sur les fans d'Hakkai.

L'origine principale de Chin Yisou était un sticker datant de mes jours de Saiyuki en doujinshi. Il y avait un peu d'espace lessé après que j'aie dessiné les illustrations des quatre gards, alors j'ai pensé «Alors jvais dessiner un personnage bad guy». L'effrayant diseur de bonne aventure qui fait allusion à la destination des quatre était Chin Yisou. A ce moment, c'était tout ce qu'il était. Il n'avait même pas de nom, et je l'ai bientôt oublié. Mais finalement quand j'ai pensé «je vais peut être commencé à dessiner le passé d'Hakkai», j'ai vu ce sticker par hasard et décidé «Ah, je vais faire de ce type le méchant !» (rires). Son apparition dans le troisième volume était exactement ça.

De la même manière, Rikudou était un personnage dont l'histoire a été créée avec son apparence. En premier, je l'ai pensé comme un ennemi normal, qui avait des sortilèges Fuda sur tout le corps, mais quand j'ai réfléchi à pourquoi il avait tout ces sortilèges sur lui, c'est devenu le passé de Sanzô, et est devenu une histoire de plus en plus importante (rires).

Contrairement à Chin Yisou et Rikudou, le groupe de Kogaiji était des personnages de Saiyuki depuis le début. Ils apparaissaient dans leur ensemble comme les rivaux du groupe de Sanzo dans le travail que j'ai soumis à Comic GENKi. Simplement, parce que j'avais d'abord pensé Saiyuki comme une histoire plus comique, à chaque fois que le groupe de Kogaiji apparaissait, et disait «On ne vous laissera pas passer !» ils étaient à chaque fois battus... Ils étaient des personnages stupides comme l'est Zakura maintenant (rires). Actuellement, Kogaiji et les autres sont les personnages de type «bien élevés et sérieux», pour contraster avec la vulgarité de Sanzo et des autres. Bien que ça soit une modification qui a été faite afin qu'on ne sache pas qui étaient les bad guys, Sanzo et les autres ont été établis en tant que personnages principaux, donc Kogaiji et sa bande n'apparaissent pas trop... (rires).

Du côté de Gyuumaoh, Nii Jienyi/Ukoku Sanzo tire les ficelles. Comment ce personnage est-il né ?

Minekura Je crois que le professeur Nii est apparu pour la première fois dans le chapitre final du tome 3 de Saiyuki, mais à ce stade, il était seulement un des trois professeurs au château d'Houtou, un gars égocentrique d'âge moyen. Il n'était personne, juste un scientifique. Je pensais qu'il entrerait en scène avec un air dégagé, puis ensuite entant qu'amant de Gyokumen Koshu, mais un jour, ça m'a semblé être du gâchis. Je crois que c'était aux environs du volule 7 que j'ai décidé qu'en fait, ce serait un Sanzo. Il a eu une énorme promotion (rires). En disant ça, ses apparitions ont augmenté et avant que je ne le sache, il avait évolué en un personnage avec trop de background. J'ai même pensé «Il est hors de question que ce type soit juste un «homme d'âge moyen»» (rires). Alors quand j'ai commencé à dessiner l'arc de Kami-sama, j'avais déjà décidé que le professeur Nii serait en fait un Sanzo.

Toutefois, je ne savais pas que le professeur Nii serait derrière Kami-sama quand j'ai commencé à dessiner cet arc (rires). C'est pourquoi j'ai commencé à dessiner cet arc afin que je puisse mettre une défaite de la Sanzo Ikkiu. Au milieu, quand Kami-sama commence à parler de son professeur, j'ai pensé «Eh peut être qu'il parle du professeur Nii ?» (rires). Au début du volume 8, Sanzo dit «j'ai rencontré un autre prêre Sanzo une fois avant», je me souviens avoir dessiné cette scène en pensant «...si je dessine cette scène, je vais devoir révéler que professeur Nii = prêtre Sanzo.»

Je digresse, mais le prix que la Sanzo Ikkou a reçu au chateau de Kami-sama était censé être une invitation au château d'Houtou. Après l'avoir ouverte et lu le message de Nii, Sanzo était censé la déchirer, et les morceaux se seraient envolés dans le ciel au-dessus de jeep, mais cette scène a été coupée à cause de la restriction de page. Je le regrette toujours un peu.

[note de Tama : OMG TROP CLASSE °0°]

L'arc de Kami-sama est devenu un épisode bien plus que vous ne vous y attendiez, n'est-ce pas ?

Minekura C'était supposé être une hitoire comme dans les shonen, où vous devez gagner chaque niveau pour arriver au sommet, mais à l'étape de la rencontre, c'est devenu une histoire de «ça va prendre une éternité pour atteindre le dernier niveau !» (rires). A la fin, j'ai laissé passer avec des répliques d'un comic en trois cases, ou un truc du genre. C'est une mise en scène tellement extrème (rires). Cela dit, même en omettant la partie Kinkaku/Ginkaku, l'arc Kami-sama a pris deux volumes, alors qu'un épisode de Saiyuki dure en moyenne 3 ou 4 chapitres. C'est une histoire que j'ai écrite avec toutes mes forces, dans bien des sens.

Et vous avez donc continué l'histoire dans RELOAD, mais vous n'avez montré les visages de la Sanzo Ikkous avant la moitié du premier chapitre

Minekura C'est vrai. Je voulais dessiner une histoire où les quatre apparaitraient simplement au moment où les lecteurs se demanderaient «Quand est-ce que Sanzo et les autres vont se montrer ?!». J'ai songé que c'était quelque chose que je ne pouvais faire que dans les premiers temps où la série serait publiée dans un nouveau magazine.
Quand vous ouvrez un comic, leur visage sont tout de suite sur la page colorée au début, mais quand c'est en fait publié dans un magazine, il n'y a pas d'illustration en couleur au début, et même sur l'image en couleur j'ai fait exprès de ne dessiner que leur dos. Je voulais une forte impression de «Ils sont revenus !». Même s'il y a pu avoir des lecteurs qui lisaient pour la première fois. (rires).

Le premier chapitre de RELOAD se passe quelques jours après l'arc de Kami-sama, c'est ça ?

Minekura C'était le but. J'ai changé leurs habits, après tout. Alors pour être sur que les gens étaient au courant du changement, j'ai inclu de nombreuses images où on les voyait en entier dans le premier chapitre (rires).

A propos des vêtements individuels. En premier lieu, je n'ai rien changé sur Sanzo d'autre que ses chaussures. Il n'y avait pas de raison de le faire. Tout l'agencement des couleurs de Gojyo a changé, alors au premier regard, c'est celui qui semble avoir le plus changé. Jusqu'alors il ressemblait à un «membre de gang de province», alors décidé d'en faire un «punk tranquille» (rires). J'avais projeté de faire une histoire se passant dans une montage enneigée, alors j'ai abandonné l'idée de ne pas lui donner de manches. Le pantalon de Goku a changé, et sa cape est devenue considérablement plus longue. J'ai «un-tuck» [note de tama: j'ai pas trouvé de traduction potable. Jdirai bien sortir du pantalon mais ça fait bizarre XDD] la tunique d'Hakkai qui a maintenant des manches courtes, et il porte un T-shirt à manches longues en dessous. Il utilise le chi pour combattre, mais ses vêtements précédents ne montraient pas le mouvement du vent un peu plus, alors j'ai changé cela dans son look. C'était la même chose avec la cape de Goku. Le thème des vêtements de RELOAD était «sens la fluidité du vent» (rires).

A partir du chapitre deux, les nouvelles situations comme «première neige» et «première rivière» continuent, n'est-ce pas ?

MinekuraC'est ça. De toutes manières, avec RELOAD, j'ai essayé d'atteindre les tribulations que la Sanzo Ikkou n'avait pas encore expérimentées. Je recherche des choses que je ne leur ai pas encore fait faire, comme une série de «Ma première...» [note de tama : ça me fait penser à la série des martines. Martine fait de la confiture. Martine va à la neige.] Alors il y a beaucoup de scènes où Goku s'exclame «Wow !» et je pense qu'il y en aura beaucoup encore à venir. Dans le second volume, il t a eu l'histoire où «la première que jeep est le personnage principal» aussi.

Je voulais dessiner tellement d'expressions de la Sanzo Ikkou. Je voulais dessiner des parts d'eux qui n'était «pas comme eux», mais qui restaient fidèles à eux-même. J'espérais que ces scènes seraient considérées non pas comme «Ce n'est pas ... !» mais comme «Ah, alors il a aussi cette facette en lui». Je voulais montrer plus de leur personnage à l'état brut.

Qui était dans l'arbre à la fin de l'histoire de la fausse Sanzo Ikkou ?

MinekuraIl apparaît dans Saiyuki OFFROAD, également. Il doit être un important personnage dans les développements à venir, même si je ne sais toujours pas son nom (rires).

Après cela, ils se battent contre Kogaiji dont le cerveau été lavé, et les autres, et au milieu du volume trois nous entrons dans l'arc Burial. C'était la série de la lune, n'est ce pas ?

Minekura A ce moment là, quelque chose en moi insistait «je dois écrire ça maintenant.» Ce serait un appui pour l'histoire que je voudrais écrire ensuite. Il y avait parmi mes lecteurs certains qui se demandaient «pourquoi est-ce qu'elle écrit cette histoire ici et maintenant ?» mais l'histoire d'Ukoku et Banri ouvraient spécialement la voie pour l'arc d'Hazel ensuite.

Vous avez dit que vous vouliez dessiner la connexion entre Koumyou et Ukoku aussi, n'est-ce pas ?

Minekura Je voulais la dessiner oui. Depuis le moment où Ukoku apparaissait dans l'arc de Kami-sama, j'ai commencé à penser à propos de la relation de Koumyou et Ukoku, et un feu s'est enflammé en moi. (rires). «Eh ben alors, allignons le passé de chacun d'un coup. Je vais les mettre dans un omnibus avec la lune et la nuit, la lumière et l'obscurité comme thème !». Dans ce cas, la lumière était Koumyou, alors j'en suis venue avec l'image «une petite lumière, illuminant la route au milieu de cette épaisse solitude».

Les histoires de Gojyo et Hakkai ont fini ensemble, mais j'avais prévu de les dessiner séparément. J'allais dessiner la même histoire deux fois, une fois depuis le point de vue de Gojyo, et l'autre depuis celui d'Hakkai. Mais quand j'ai réalise que c'est deux là ensembles étaient comme la lune et la nuit, le recto et le verso, j'ai fais de ces histoires une seule. Comme ça, il n'y avait pas de discrimination. (rires). Après avoir enregistré le Burial arc drama CD, pendant leur temps de parole libre, l'acteur de Gojyo Hirata-san et celui d'Hakkai, Ishida-san, ont dit « Pourquoi est-ce que nos histoires sont les seules qui aient été combinées ?! » « Nous sommes probablement un set » [note de tama : à comprendre dans le genre un ensemble, un acheté un offert ! 8D] Ca ressemblait tellement à quelque chose que Gojyo et Hakkai pourraient vraiment dire, et, sans que j'y fasse attention, ma poitrine s'est serrée. Même si ce n'est probablement que moi (rires).

Et maintenant nous arrivons au présent,et entrons dans l'arc Hazel, n'est-ce pas ? Je me demande quel genre de développements sont en réserve pour nous !

Minekura Je pense que l'arc Hazel va continuer un moment. J'ai le sentiment dont je vous ai parlé quand vous m'avez posé des questions à propos de l'arc Kami-sama, mais l'arc Hazel sera un épisode important, et difficile pour la Sanzo Ikkou.

Et Gaiden est ravivé, en parallèle de RELOAD. Ici aussi, nous commençons à avoir des scènes plutôt passionnées où les personnages sont piégés dans le palais, entourés par plus de 2 000 soldats. L'histoire est entrée dans sa dernière partie, et la narration change depuis la position de voyageur de Dragon King. L'apogée est proche. Je ne peux pas attendre de la dessiner !
[note de tama : T.T uuuuuuuuuuh gaideeeeeen chougne]


Vous avez les développements de RELOAD, après l'arc Hazel, solidifié dans leur ampleur, oui ?

Minekura Bientôt j'aimerai qu'ils continuent vers l'Ouest, alors, même si c'est encore un peu brouillon, j'ai décidé des épisodes jusqu'à leur destination finale.
Mais récemment, quand j'ai discuté avec mon manager des développements jusqu'à l'épisode final, nous avons découvert que cela prendrait au grand minimum 20 volumes pour couvrir tout le contenu. (explose de rire). Cela a pris dix ans pour dessiner les 14 livres que j'ai. Combien d'années cela va-t-il continuer ? (rires). Le périple de la Sanzo Ikkou originale de Hsi Yu Ki n'avait pris que 14 ans (rires).

Selon vos projets, l'itinéraire est à moitié parcouru. Pouvons-nous attendre à ce que la Sanzo Ikkou ait à faire face à des batailles plus sévères après cela ?

Minekura Oui, mais je veux le faire sans jamais oublier la légèreté de l'histoire, et les attitudes légères de la Sanzo Ikkou. Un des personnages importants pourrait mourir. Bon, en fait, il y a un certain personnage qui, selon les projets, aurait dû mourir, mais qui est toujours vivant, donc jusqu'à ce que nous atteignions ce point, qui sait ?
[note de tama : hurlez tous avez moi.]

Un des autres projets auxquels j'avais pensé avant cela était que le pouvoir de Goku et les autres pourraient perdre de leur efficacité. Ils ne peuvent pas toujours hurler « Hiyaaaaaaaa ! » et attaquer avec la force brute tout le temps ! (rires)
D'habitude dans les shonen, les pouvoirs du personnage principal augmentent en même temps que l'histoire progresse, mais ces mecs n'ont pas changé depuis le volume un de Saiyuki ! (rires). Je suppose qu'il est temps que leur pouvoir grandisse et qu'ils obtiennent leur mouvement final (rires). ...Pour commencer, les thèmes principaux de Saiyuki sont la force et la faiblesse, dans le sens de la théorie psychologique, alors la force actuelle ou les habilités ne sont pas le centre. Ensuite, je voudrais créer un mur qui ne peut être franchi avec des théories mentales seules, et qui demande quelque chose de pratique.

Tamanegi
Yôkai
Yôkai

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 24
Localisation : Chi town ~~
Date d'inscription : 22/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Miku le Ven 6 Mai - 16:39

Après avoir enregistré le Burial arc drama CD, pendant leur temps de parole libre, l'acteur de Gojyo Hirata-san et celui d'Hakkai, Ishida-san, ont dit « Pourquoi est-ce que nos histoires sont les seules qui aient été combinées ?! » « Nous sommes probablement un set » [note de tama : à comprendre dans le genre un ensemble, un acheté un offert ! 8D] Ca ressemblait tellement à quelque chose que Gojyo et Hakkai pourraient vraiment dire, et, sans que j'y fasse attention, ma poitrine s'est serrée. Même si ce n'est probablement que moi (rires).

Über fan ♥

Un perso qui meurt ? Bon au pif. SANZÔÔÔÔ 8D

_________________

Miku
Seitei-sama
Seitei-sama

Féminin Nombre de messages : 1249
Age : 25
Localisation : Attends Houmei sous la neige *Atchoum*
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Tamanegi le Ven 6 Mai - 16:45

Examinons les différentes possibilités :
Sanzo : si y meurt, y'a plus d'histoire, parce que c'est quand même la Sanzo Ikkou. XD
Hakkai : si y meurt, ils devront passer leur permis de conduire, acheter une trousse à pharmacie ainsi que "la cuisine pour les nuls"
Goku : si y meurt, ben, je serai triste. Et sanzo aussi. Qui rentrera en dépression. Et ya également toute la promesse de Nataku et du mec dans l'arbre, donc pour l'instant, il va rester.
Gojyo : y sert à rien, sauf à ramasser les pots cassés. Donc bon, il peut mourir. XDDD

Mais j'ai bien aimé le passage avec les seiyuu, oui. XD Ce que je trouve adorable, c'est que Minekura parle de ses persos comme de véritables personnes. "ça aurait pu être quelque qu'ils pourraient vraiment dire". Yeaaah. XD

Tamanegi
Yôkai
Yôkai

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 24
Localisation : Chi town ~~
Date d'inscription : 22/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Miku le Ven 6 Mai - 17:01

T'es trop méchante avec Gojyo j'te parle plus. XD

Mais j'ai bien aimé le passage avec les seiyuu, oui. XD Ce que je trouve adorable, c'est que Minekura parle de ses persos comme de véritables personnes. "ça aurait pu être quelque qu'ils pourraient vraiment dire". Yeaaah. XD

C'est pas des vrais personnes ? D:
Dans ma tête si.

_________________

Miku
Seitei-sama
Seitei-sama

Féminin Nombre de messages : 1249
Age : 25
Localisation : Attends Houmei sous la neige *Atchoum*
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Tamanegi le Ven 6 Mai - 17:11

Chuis désolée sweetie. Nan mais qui aime bien chatie bien. Et pis l'est utile Gojyo. Y'a qu'à voir, c'est lui qui ramasse Goku et Hakkai en steak hachés dans le tome 7 de Reload.

Tamanegi
Yôkai
Yôkai

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 24
Localisation : Chi town ~~
Date d'inscription : 22/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Ayane le Ven 6 Mai - 17:17

Je suis d'accord avec Tama, Gojyo il sert à rien xD à part déclencher les disputent avec Goku et draguer à droite et à gauche. Bon ok je crois qu'il sert un peu (Razz) puisqu'il sait conduire, dans reload il parle d'échanger sa place avec Hakkai pour conduire quand il vont chercher de l'eau.
Je rajouterais même que si Sanzo meurt c'est Goku qui va faire une dépression (et moi aussi)

environ 20 volumes de Saiyuki moi sa me va ^^

Ayane
Bonze
Bonze

Féminin Nombre de messages : 109
Age : 27
Localisation : Disney
Date d'inscription : 24/04/2011

http://ayane1989.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Tamanegi le Ven 6 Mai - 17:23

Si je sais. Gojyo rajoute du piment à la Sanzo Ikkou 8DDD boude pas Miku chérie ! ♥

Aha, pour ce qui est des vingt volumes, je me demande si Blast va vraiment durer 20 tomes. Mais ça serait grave chouette. Ah non c'est vrai. On dit pas grave. On dit mortel.

Tamanegi
Yôkai
Yôkai

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 24
Localisation : Chi town ~~
Date d'inscription : 22/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Miku le Ven 6 Mai - 17:39

Scrogneugneu. J'm'en fous j'l'aime quand même. XD

Par contre, pas dit que Goku déprimerai sans Sanzô. Minekura avait dit dans une autre interview que Gokû s'en sortirai sans Sanzô, mais pas l'inverse.
Papa Sanzô needs son chibi saru <3

_________________

Miku
Seitei-sama
Seitei-sama

Féminin Nombre de messages : 1249
Age : 25
Localisation : Attends Houmei sous la neige *Atchoum*
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Tamanegi le Ven 6 Mai - 17:43

Je pense pas, si l'un des deux meurt, l'autre aura vachement de mal.
Y'a qu'à voir comment Chibi goku est après la mort de Konzen. Sérieusement, ça ferait pareil.

Tamanegi
Yôkai
Yôkai

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 24
Localisation : Chi town ~~
Date d'inscription : 22/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Daruko-san le Ven 6 Mai - 23:01

Mais que de révélations dans cette interview, c'est vraiment passionnant ! Merci encore Tama pour cette trad, c'est que du bonheur de lire ça !

Sinon, je suis assez étonné par contre que Minekura invente les intrigues en plein milieu du scénario, je pensais plus qu'elle était du type "calculatrice" à avoir planifier les facettes de ces personnages des tomes à l'avance.

Quand au perso qui va mourir je pense pas qu'il fera parti de la Sanzo Ikkou, en tout cas j'y crois pas trop. à choisir je préfèrerais Dokugakuji (qui lui sert vraiment à pas grand chose), j'espère qu'il n'y a pas de fan de lui sur le forum. Neutral

Je comprends maintenant pourquoi elle fait autant d'illus' couleurs en ce moment, en fait ça l'éclate de faire de la couleur. J'aimerai avoir cette passion.

Et quand elle dit que ça ferait 20 tomes pour Blast, j'ai du mal à y croire. Enfin faut dire qu'il n'ont pas non plus avancer des masses en 19 tomes mais quand même. Sachant que Saiyuki faisait 9 tomes et Reload 10, je pensais que ça durerait encore 10 tomes au maximum pour Blast. Mais si ça avance très doucement jusqu'à la fin, et qu'il y a plein d'ennemis et d'histoires annexes c'est possible. En tout cas j'ai hâte qu'elle reprenne Blast pour voir ça, j'en peux plus d'attendre le prochain chapitre.

_________________
Je casse Panini et alors, ils le valent bien !


Daruko-san
Kami
Kami

Masculin Nombre de messages : 3224
Age : 32
Localisation : Auch
Date d'inscription : 29/08/2008

http://fanzinequinoxe.wix.com/equinoxe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Tamanegi le Sam 7 Mai - 16:44

Voilà la fin de l'interview. 15 pages word au total. Youpi ! XD
Cette interview est géniale, Minekura passe son temps à rire. Là, vous allez en savoir un peu plus sur Hsi Yu Ki, ce qu'elle aime chez ses persos, le secret de la mayonnaise de Sanzo, et enfin, des paroles très fortes et très cools, qui me donnent la pêche. Oui, c'est un prêche de Minekura. Elle parle comme Sanzo. C'est génial. ♥

Maintenant je voudrais m'éloigner un peu de Saiyuki. Minekura-sensei, vous avez écris une comparaison dans ce livre entre Hsi Yu Ki et Saiyuki. Aimez-vous l'ancien Hsi Yu Ki depuis longtemps ?

Minekura J'aimais vraiment le célèbre drama « Hsi Yu Ki » à la télévision, celui réalisé par Natsume Masako, mais je ne savais pas grand chose de Hsi Yu Ki en lui-même.
Après que la publication de Saiyuki comme série ait commencé, je suis retournée parcourir un livre sur l'original. Inversement, si j'avais lu comme il faut l'original plus tôt, je ne pense pas que j'aurai été capable de créer cette histoire folle (rires). Comme je l'ai dit avant, la visions du monde de Saiyuki a été solidifiée assez tôt, mais après avoir obtenu des connaissances sur l'original, il y a des parties, deci de là qui sont subrepticement liées à l'original, comme un petit jeu.Mais je pense que peut-être elles sont trop furtives et personne ne les remarque (rires). [note de tama : ha non, moi je voudrais trop qu'elle dessine le passage où Goku est le seul à voir un yokai en une innocente personne et à le tabasser, les autres comprennent pas, et le moine le menace de le renfermer dans sa prison, mais Goku continue, pour lui sauver la viiiiiiiiiiiiiie fangirl squee]
[note de tama bis : mais mon détail préféré reste que la monture originale du moine est un prince dragon transformé en cheval. BWAHAAHHAA]


Le Hsi Yu Ki original est célèbre au japon comme un des quatre grands classiques chinoirs, mais j'ai entendu qu'il y avaient en fait des lecteurs de Saiyuki qui ne connaissent pas Hsi Yu Ki ?

Minekura C'est vrai. Quand j'ai commencé à dessiner au début, je l'ai fait avec l'idée que, en tant que parodie de Hsi Yu Ki, une Sanzo Ikkou complètement détraquée serait le centre de l'histoire. Alors, il n'y a pas grand chose à faire quand quelqu'un dit « Je ne connais pas la base » (rires). J'ai entendu des choses comme « J'ai entendu dire qu'il y avait un original, quel en est le titre ? » (rires), et « j'ai trouvé l'original à la bibliothèque de l'école, mais quand je l'ai lu, Sanzo était complètement différent. C'était décevant. » …. (rires). « Je vois, je vois, je ne pensais pas du tout qu'il y aurait des gens qui ne connaitraient pas l'original », me suis-je dit (rires). Et inversement, il semblerait qu'il y ait beaucoup de gens qui pensent que Gaiden fait partie du conte chinois également. J'ai questionné un des enfants de mon assistant à ce propos, et il m'a répondu « Huh ? C'est une histoire inédite ? L'original n'a pas l'histoire avec les vies antérieures de la Sanzo Ikkou ? » Pour plus d'information sur ce détail, allez lire « Rubrique de l'analyse comparative de Hsi Yu Ki et Saiyuki » [note de tama : que je me ferai une joie de traduire un de ces quatre. A moins que ça n'ait déjà été fait.]

Pour ceux qui connaissent Hsi Yu Ki, la scène où Goku naît d'un rocher et la scène où il dessine des graffitis dans la main de Bouddha vient sans hésiter à l'esprit, mais je pense que ceux qui connaissent les détails des aventures de Goku avant qu'il ne rencontre Sanzo sont très peu...

Minekura Je crois que vous avez raison. J'étais pareil, après tout. Le Hsi Yu Ki dont on se souvient au Japon commence avec la naissance de Goku et continue avec sa rencontre avec Sanzo, et les périgrinations de la Sanzo Ikkou vers l'Inde, mais en fait les épisodes où Goku va par lui même avant que Sanzo entre en scène constitue la première partie de l'histoire.
En Chine, il paraît que cette partie de l'histoire où Goku parcourt par lui-même au paradis est plus célèbre que l'histoire du voyage vers l'Inde. Nataku et Goku sont traités comme deux grands héros, basé sur la rencontre de Nataku avec Goku et leur popularité combiné. A cause de cela, j'ai réalisé que j'avais véritablement dessinté une histoire concernant Nataku dans Gaiden.

Plus tôt vous avez parlé de votre surprise à propos du contenu des lettres de vos fans. Est-ce que les réponses de vos lecteurs influencent les développements de l'histoire ?

Minekura Non, non pas vraiment. Une fois, pourtant, alors que l'arc de Burial était en cours, et qu'Hakkai n'avait pas fait d'apparition depuis plusieurs mois, j'ai reçu une lettre disant « si Hakkai ne réapparait pas, je vais arrêter de lire », et j'ai sérieusement paniqué (rires). Mais malgré ça, ça n'influence pas l'histoire. Je reçois beaucoup de lettres de lecteurs demandant des choses comme « Faites Sanzo faire... » ou « Faites ceci arriver à Hakkai ! » ou « Mettez plus de... », mais il n'y a simplement pas moyen que je puisse accéder à tout ces désirs (rires). Je me sens mal par rapport à ça, pourtant, et bien sûr je suis très reconnaissante envers mes lectures qui adorent mes personnages.
Mais Minekura Kazuya continuera à dessiner les choses que Minekura Kazuya veut dessiner. Je dessinerai le chemin que la Sanzo Ikkou devra prendre, comme il se doit. Cela peut sembler très autoritaire (rires), mais je ne veux pas que la Sanzo Ikkou fasse tout ce que quelqu'un leur dit de faire. Pourtant, je suppose que je suis à blamer pour un personnage qui ne fait pas assez d'apparitions ? (rires) Je peux uniquement faire des excuses en disant « Je ne peux rien y faire, ils ont choisi cette voie ! » je me contente de fournir la scène, le reste est le résultat de leurs actions.

Autre chose, je reçois beaucoup de lettres plaidant « S'il vous plait, ne lui faites pas de mal ». Même à des séances de dédicace, on me dit « faites leur voyage le plus agréable possible » et « s'il vous plait ne les laissez pas se blesser »... Mais, vous savez, ils font un voyage très dangereux, et bien sûr qu'ils vont être blessés !(rires). Voyager ensemble, tous gentils,joyeux et en bonne santé, ça ne donne pas une bonne histoire. [note de tama : Sanzo Ikkou version bisounours 8D] Même si c'est vrai que j'ai un petit côté sadique (rires). J'ai une règle selon laquelle les personnages que j'aime doivent finalement cracher du sang et être blessés (rires) [note de tama : elle doit donc beaucoup aimer la Sanzo Ikkou xD]. Durant l'arc de la rivière, Goku était mon préféré, alors il a terminé tout seul et battu. La raison pour laquelle, récemment la santé d'Hakkai a diminué et les scènes où il est coincé ont continué parce que j'avais commencé à favoriser Hakkai (rires). Pensez à la raison pour laquelle, plus ils apparaissent plus ils sont blessés, comme un fait naturel...
Bon, pour ce qui est de Gojyo, il connait toujours des moments difficiles, même si je ne le favorise pas (rires). Je suppose que Gojyo est juste facile à dessiner, ou il porte le poids de mon amour tout les jours et il est plus à même de se trouver dans des circonstances difficiles (rires). [note de tama : mieux vaut donc ne pas être aimé par Minekura XD]. J'espère juste que les fans de Gojyo comprennent que je ne le met pas au centre de la scène (rires).

Minekura sensei, qu'est-ce que vous aimez à propos de Gojyo ?

Minekura Que devrais-je dire, c'est sa misère (rires). Des quatre, il est le plus inutile. Même si il prend une attitude confiante, il a une grande sensibilité.
Des quatre, Gojyo est celui qui se la raconte le plus et prétend être un bad guy, mais peu importe comment vous y pensez, il est le plus gentil. C'est mignon (rires). Un lecteur m'a dit une fois « Il faut avoir plus de 25 ans pour comprendre à quel point Gojyo est gentil » (rires), et en vérité, la plupart de ceux qui disent « J'aime Gojyo » ont plus de 20 ans. De plus tous disent «  Vive les bons à rien ! » (rires).... ils le connaissent bien (rires). Inversement, quand j'entend « J'adore Sanzo ! Et j'aime Hakkai ! Et j'aime Goku ! Mais j'aime pas Gojyo », je me demande « Est-ce que Gojyo a fait quelque chose de mal ? » (rires). Il est toujours entrain d'aider tout le monde, mais il prend l'initiative d'attaquer les ennemis, alors il est le premier à être blessé. Alors qu'il représente la Ikkou et qu'ils se sacrifie, les trois autres pensent « Il est un idiot, alors il saute direct dedans ». C'est homme miséreux, et adoré (rires).

Maintenant, parlez nous de votre impression sur les trois autres. Et si nous commencions par Sanzo ?

Minekura Sanzo est, en une phrase, « le grand-père charismatique » [note de tama : mon Dieu le fou-rire... XDDD]. Il est comme un vieillard égoïste et borné, qui a l'habitude de ressasser ses pensées avec un visage sombre, et marmonner des choses comme « jvais pas manger ce truc » (rires). Même si tout le monde pense secrètement « Il est siiiiii ennuyeux », ils savent qu'il est plein d'expérience de vie et de savoir, et qu'il est empreint de dignité (rires). Objectivement, c'est bien que j'ai fait Sanzo beau et jeune, sinon il aurait été vu comme un vieil homme...

En le décrivant comme ça, je vais me faire gronder par ses fans encore, hein ? (rires). C'est une opinion affectueuse.

Sanzo a des goûts particuliers concernant la nourriture. Est-ce que ce sont les goûts de Minekura-sensei ?

Minekura Non, non, définitivement non (rires). C'était juste pour être sûre que Sanzo n'était pas trop cool. Il est du genre à toujours froncer les sourcils, alors je ne voulais pas lui donner de grands airs. Je voulais juste qu'il soit là où il devait être, mais sinon il devait y avoir quelque chose à propos de laquelle les trois autres pouvaient se moquer de Sanzo, en disant « Eh, ça c'est vraiment un truc bizarre à propos de ce mec. » Le véritable leader est Sanzo, mais je ne voulais pas créer de hiérarchie psychologique entre les quatre. Je voulais que les trois autres puissent être capables de conspuer Sanzo ouvertement. En vérité, j'ai dessiné la scène de déclenchement dans l'arc de Kami-sama en visant l'atmosphère du « Eh, la véritable bataille arrive, et ils parlent de ramen ?! ». Alors j'ai demandé aux personnes de la section éditoriale ce qu'ils mettaient dans leur ramen, et mayonnaise était la chose la plus bizarre. Je ne pensais pas qu'il y aurait autant de bruit autour des ramens à la mayonnaise de Sanzo (rires).

Il y a eu beaucoup de questions « Sur quoi Sanzo met il de la mayonnaise ? » dans les précédents Questions&Réponses.

Minekura Je suppose que c'est à cause du chapitre «anniversaire » à la fin du volume 3 de RELOAD, où j'ai écris que Sanzo mettait de la mayonnaise sur son sashimi (rires). Je battais un cheval mort avec baton. En fait, il y a même une bouteille de mayonnaise qui reste sur la table après qu'ils aient fini de manger (rires). C'est comme « Quoi, c'est ta bouteille personnelle ? » (rires). Nous plaisantons en disant qu'il la cache dans ses manches avec son flingue. En fait, au milieu d'autres trucs qui ont été évoqués, celui qui aime les choses ramollies c'est Suzuki Jirou, et c'est moi qui aime le soda éventé. Je travaille avec tout ce que les gens autour de moi disent, et je les met dans l'histoire. J'ai confiance dans ce genre de stock de mémoire. On me dit souvent dans mon entourage « Je suis déprimé quand je me rappelle de toutes les choses que je voudrais que tu oublies, et dont tu te souviens ! » (rires).

Ok, alors parlez nous de vos impressions sur Goku.

MinekuraGoku, pour le dire en une phrase, est l'idiot salutaire. Mais ce n'est pas bien si les gens en ont marre de sa pureté. Les actions de Goku ne sont pas dirigées par un sens de la justice, mais par les critère de son propre coeur. Il décide lui-même ce qu'il veux, et il le fait savoir quand il n'est pas satisfait. Fondamentalement, il n'est pas très patient. La phrase « N'attends pas ! » a été faite en pensant à Goku. Il ne suit aucune logique, donc si vous le regardez depuis l'extérieur c'est un enfant et un énorme imbécile, mais parce qu'il n'est pas dirigé par la logique, il est fort. Je pense qu'il y a des moments où c'est difficile pour les trois autres, dans un bon sens. Et il voit les choses étonnamment avec beaucoup de sang-froid. Certains de ses petits gestes me font penser « Goku est en fait plutôt cool, huh ? ». Par exemple, quand j'ai évoqué la première fois ce truc de la mayonnaise, Goku était le seul qui a détourné les yeux de Sanzo. C'est une des facettes de Goku.

Enfin, parlez nous de vos impressions sur Hakkai.

Minekura Hakkai est, à tous les degrés, une étrange personne. Ses goûts sont étranges, les choses qu'il ne comprend pas sont étranges, et il n'écoute pas souvent ce que les autres disent. C'est pourquoi des quatre gars, c'est celui qui d'habitude dit les petites phrases assassines. Je me demande si ses fans vont encore râler. Dans une interview précédente, on m'a demandé « S'il vous plait, ne dites pas que Hakkai a des mauvais goûts ». Mais dans « Changeons de vêtements ! » à la fin du volume 1 RELOAD, ces vêtements étaient clairement la meilleure oeuvre d'Hakkai sensei (rires).[note de tama : frissons D: ce type est un monstre XD]

En parlant de goûts, Hazel a un étrange hobbie aussi, alors Hakkai pourrait ressentir une certaine rivalité envers lui (rires). J'ai une image claire de Hazel dans des vêtements bizarres, se tenant devant un miroir, et dire, envoûté par son propre charme : « Peu importe ce que je porte, cela rend bien sur moi ! » avec Hakkai à l'arrière disant « Je ne perdrai pas ! » (rires).... Est-ce que je viens de me mettre les fans de Hazel à dos aussi ? Je suis consciente que ces deux là sont bizarres, alors ce sont mes têtes de turc.

Pour ajouter des choses sur Hakkai, il peut paraître avoir la tête froide, mais en fait il a le sang chaud. D'habitude, il prétend être un adulte et calmer les autres en disant « allons, allons », mais une fois qu'il a craqué, il est le premier à commencer à se battre; Il est assez effrayant pour que les trois autres reculent (rires). C'est probablement pourquoi il peut s'associer avec ces mecs sans en avoir le moindre sentiment d'inconfort. Il a réglé ses comptes avec son passé tôt. Dans le volume 4 de Saiyuki et l'arc de Chin Yisou, il a redressé ses sentiments, et depuis il est sujet à l'imprudence. C'est pourquoi même son côté sombre exposé à ses compagnons, ils sont okays. (rires) C'est un peu comme s'il avait pris une attitude provocante, ou changé son attitude. Je suppose que je peux appeler le Hakkai d'aujourd'hui « une personne étrange avec une nouvelle attitude ». Il est incorrigible. (rires).

Je crois que parmi vos lecteurs, il y en a qui, après avoir lu Saiyuki, ont décidé de devenir mangaka dans le futur. Quel conseil pouvez vous leur donner ?

MinekuraLes deux choses importantes sont « les tripes » et « l'entraînement ». A la fin, dessiner des mangas est un travail qui demande à la fois dur pour l'esprit et dur pour le corps. Tous les métiers sont difficiles, je suppose, mais avoir votre hobby comme métier demande une certaine quantité de préparation. Il y a des moments où, même si vous dessinez avec toutes vos forces, vous n'obtenez aucune reconnaissance. Quand cela arrive, vous ne savez pas ce que vous devriez faire, et dessiner votre prochain travail devient difficile également. Mais vous ne pouvez pas abandonner. Vous avez besoin de tripes pour sortir de la tempête. Cela demande de la ténacité.

Je dois me dire « Debout ! DEBOUT ! »(rires). C'est un métier fondamentalement solitaire. Plus que faire devenir votre nom une matière première [note de tama : jsuis pas sûre d'avoir une bonne traduction là...], il n'y a aucun moyen d'éviter ce sens de la solitude. Cela n'importe pas si vous avez des assistants, ou non. Cela demande pas mal de travail pour terminer un tome de manga. Les métiers privés sont souvent comme ça. Et il y a beaucoup d'opportunités d'être fainéant. Vous devez vous supportez. Je pense que si vous n'êtes pas assez sadique pour vous acculer, et assez masochiste pour être acculé, ce sera difficile.

A propos de techniques de dessins, je ne suis pas extrêmement talentueuse, mais si vous continuez à dessiner, quelque chose va en sortir. C'est la même chose pour créer un manga. Vous pouvez dire que ce n'est que de l'entraînement. Et pour obtenir cette pratique, vous devez beaucoup dessiner. Dessinez, trouvez quelqu'un pour le lire, et vous apprendrez beaucoup.

Autre chose.... c'est absolument nécessaire : l'expérience. Comme je l'ai dit plus tôt, la raison pour laquelle je me sentais échouer il y a bien longtemps n'était dû à rien d'autre que mon manque d'expérience. Rien ne peut naître de rien. Regardez et écoutez énormément de choses, réfléchissez-y, et formez vos propres opinions. Et ensuite cela prendra enfin forme. Chaque expérience, même à l'âge où je passais mon temps à jouer et je n'étudiais pas est un atout irremplaçable pour moi aujourd'hui. Les mauvaises choses et les bonnes choses, elles sont toutes d'importantes expériences que j'ai recueillies en moi.

…. Je parais tellement guindée (rires). Mais je veux vraiment qu'ils fassent de leur mieux. Bien sûr, je veux dire, pas seulement les personnes qui veulent devenir mangaka. Une fois, j'étais terriblement déprimée, et je me suis plains : « Je veux arrêter d'être mangaka …. » J'étais plutôt sérieuse cette fois. Je pensais à ouvrir un atelier de dessins pour les enfants du voisinage et je pensais même dessiner des fliers (rires). Je suis du genre à agir rapidement une fois que je me suis décidée (rires).... et puis, un de mes éditeurs.... en fait, c'est pratiquement le directeur de Saiyuki, m'a dit « Etre un auteur n'est pas un métier, c'est un style de vie ». … « Hey, qu'est-ce qui lui prend, il parle comme Sanzo ! », me suis-je dit, alors que ses paroles m'ont touché en pleine poitrine (rires), et je me suis préparée. Je ne pouvais pas partir après qu'on m'ait dite une réplique aussi cool, j'ai pensé « D'accord, je vais le faire ! » (rires)

Je suis fondamentalement quelqu'un qui déteste perdre. Après tout, je suis la mère qui donné naissance à la Sanzo Ikkou.


Dernière édition par Tamanegi le Sam 7 Mai - 17:16, édité 1 fois

Tamanegi
Yôkai
Yôkai

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 24
Localisation : Chi town ~~
Date d'inscription : 22/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Miku le Sam 7 Mai - 17:10

Elle est adorable, géniale, incroyable. Je l'aime encore plus, vraiment.
Sankyu Tama' pour la longue trad' !! >w<

J'ai une image clair de Hazel dans des vêtements bizarres, se tenant devant un miroir, et dire, envoûté par son propre charme : « Peu importe ce que je porte, cela rend bien sur moi ! » avec Hakkai à l'arrière disant « Je ne perdrai pas ! » (rires)....

J'imagine très bien la scène. C'est flippant XD

Alors qu'il représente la Ikkou et qu'ils se sacrifie, les trois autres pensent « Il est un idiot, alors il saute direct dedans ». C'est homme miséreux, et adoré (rires).

Pffffff, elle le maltraite XD

le directeur de Saiyuki, m'a dit « Etre un auteur n'est pas un métier, c'est un style de vie ». … « Hey, qu'est-ce qui lui prend, il parle comme Sanzo ! », me suis-je dit, alors que ses paroles m'ont touché en pleine poitrine (rires)

Just awesome <3

_________________

Miku
Seitei-sama
Seitei-sama

Féminin Nombre de messages : 1249
Age : 25
Localisation : Attends Houmei sous la neige *Atchoum*
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Tamanegi le Sam 7 Mai - 17:18

Mais oui elle est trop classe °0° je pense que la dernière partie, c'est le genre de trucs qu'il faut lire quand t'as envie de tout balancer. Alors on retient une chose: il faut détester perdre. Very Happy
D'ailleurs, jvais réviser. Ehehehe.

Tamanegi
Yôkai
Yôkai

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 24
Localisation : Chi town ~~
Date d'inscription : 22/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Daruko-san le Sam 7 Mai - 20:05

Alala je l'adore et vénère encore plus sensei ! Quelle passion et quelle authenticité. Ces conseils sont vraiment éclairés sur la voie de mangaka.

Enorme la phrase de l'éditeur, on dirait vraiment du "Sanzo style".

_________________
Je casse Panini et alors, ils le valent bien !


Daruko-san
Kami
Kami

Masculin Nombre de messages : 3224
Age : 32
Localisation : Auch
Date d'inscription : 29/08/2008

http://fanzinequinoxe.wix.com/equinoxe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Tamanegi le Sam 7 Mai - 20:48

Ca ne s'adresse pas qu'aux mangakas. En tant qu'écrivain, et dans tous les processus de création, on passe par là et donc ses conseils s'appliquent. Et même dans les études étou étou. *0* je l'adore.

Tamanegi
Yôkai
Yôkai

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 24
Localisation : Chi town ~~
Date d'inscription : 22/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  mathieulonewolf le Mar 10 Mai - 1:25

Des quatre, il est le plus inutile.
Bon bah ça c'est dit! Pôv'Gojyô XD

Merci pour cet interview plein de surprises, Tama-chan Smile J'adore connaître toutes les petites anecdotes de l'auteur surtout quand celles-ci sont à l'origine de la création d'un personnage
-> Chin Yi-So issu d'un sticker XD

ps: faut vraiment que j'essaye les râmen à la mayonnaise pour être comme Sanzô??? T_T

mathieulonewolf
Seitei-sama
Seitei-sama

Masculin Nombre de messages : 1336
Age : 30
Localisation : Evron
Date d'inscription : 01/03/2009

http://journeyintodanger.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de juillet 2009

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:00


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum